À propos

Au début des années 80, faisant écho à l'énergie du punk qui secouait l'époque, la bande dessinée connaissait sa petite révolution. Rochette et Veyron, teigneux comme le sont les inconscients, ne furent pas les derniers à rafraîchir le paysage à grandes giclées de cynisme salvateur. Avec les aventures d'Edmond le cochon, ce verrat prêt à tout pour éviter la lame du boucher, ils réussirent à allier la tradition française du dessin animalier à la fureur de l'underground américain pour inventer ce petit joyau intemporel, dont Cornélius est fier d'offrir cette luxueuse édition, restaurée et retramée à partir des originaux...


Rayons : Bandes dessinées / Comics / Mangas > Bandes dessinées > Ados / Adultes


  • Auteur(s)

    Jean-Marc Rochette, Martin Veyron

  • Éditeur

    CORNELIUS

  • Distributeur

    SODIS

  • Date de parution

    01/06/2003

  • Collection

    Solange

  • EAN

    9782909990880

  • Disponibilité

    Épuisé

  • Nombre de pages

    120 Pages

  • Longueur

    29 cm

  • Largeur

    22 cm

  • Épaisseur

    1.6 cm

  • Poids

    650 g

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Jean-Marc Rochette

Jean-Marc Rochette est peintre, illustrateur et auteur de bande dessinée.
Il commence sa carrière au cours des années 1970 dans Actuel et L'Écho
des Savanes. Avec Martin Veyron, il crée la série Edmond le cochon
(1979). Il succède ensuite au dessinateur Alexis pour la série Le Transperceneige,
scénarisée par Jacques Lob, dans (À SUIVRE) où il scénarise
et dessine aussi Claudius Vigne. Par la suite, il se penche sur la littérature
jeunesse et participe notamment au journal Okapi. Il se remet à la
science-fiction à la fin des années 1990 en reprenant Le Transperceneige
et en créant la série L'or de l'esprit avec Benjamin Legrand, avec qui il
avait déjà réalisé Requiem blanc en 1987. En 2003, avec René Pétillon,
il donne naissance à la série burlesque Louis et Dico, qui paraît dans
L'Écho des Savanes, une histoire de fous qui n'est pas sans rappeler son
Napoléon et Bonaparte, prix de l'humour au festival d'Angoulême en
2001. En parallèle, il poursuit un travail de peintre et d'illustrateur.

Martin Veyron

empty