à Belleville

À propos

"On doit s'aligner. Mon Belleville ne regrette rien, n'a plus grand chose à regretter. En 1993, le dernier cri du vitrier expirait. Un paradoxe tenace voudrait pourtant que Belleville demeure Belleville et on finira peut-être par détruire ce qui a détruit Belleville en retrouvant des lois plus organiques. Après la Seconde Guerre mondiale, l'heure était à la reconstruction. On manquait d'hygiène, l'environnement était insalubre, les ravages de l'industrialisation, du charbon noircissaient les villes.
D'où les luttes. Il fallait loger, loger une population en perpétuelle expansion. La planification familiale primait. Le confort dictait les règles, commençait à isoler, séparer, individualiser les solidarités collectives". Pendant une journée (matin, midi, après-midi et soir), on suit un narrateur qui déambule, arpente Belleville où il vit depuis plus de vingt-cinq ans. A travers son regard, quotidien, ordinaire, quelque chose se dit de lui-même et de ce quartier de l'Est parisien, raconte une histoire qui se lit dans les interstices urbains ou les différentes strates archéologiques qui composent aujourd'hui Belleville.

Rayons : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9782868536709

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    128 Pages

  • Longueur

    19 cm

  • Largeur

    14.2 cm

  • Épaisseur

    1.3 cm

  • Poids

    184 g

  • Distributeur

    Belles Lettres

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Jean-Pierre Ferrini

Jean-Pierre Ferrini est né le 23 mai 1963 à Besançon. En 2003, il publie aux édi-
tions Hermann son premier livre, Dante et Beckett. Dans le même temps paraît
chez Monologue éditeur un recueil de poésie, ... ses difficultés infinies. Avec Bonjour
monsieur Courbet (Gallimard, 2007) et Le pays de Pavese (Gallimard, 2009), il a
tenté d'adopter la forme de l'autoportrait pour explorer les lieux de son enfance et
de sa généalogie. Tout en poursuivant un travail critique (sur Dante, la littérature
italienne ou sur Beckett), ce versant de sa recherche le conduit de plus en plus vers
les bords d'une écriture fictionnelle qu'il interroge notamment dans L'Expérience singulière de la lecture
(HEAD, 2007) ou dans un bref « roman », Un voyage en Italie (Arléa, 2013).

empty