À propos

Que nous disent les feux rouges ou la carrosserie de notre imprimante ? Pourquoi les magazines pour enfants tutoient-ils leurs lecteurs ? Pourquoi avons-nous des nains de jardin et des nounours ? Y a-t-il une publicité invisible ? Pourquoi la croissance empêche-t-elle de penser ? De quoi libère le libéralisme ? Pourquoi sommes-nous condamnés au travail ? Quel est le lien entre les marques et le territoire ? Pourquoi la télévision remplace-t-elle les arbres ? A quoi sert la bêtise ? Confrontant la réflexion politique et écologique à des valeurs, et donnant à la sensibilité et à l'humour une place qu'ils n'auraient pas perdre, ce livre ne propose pas de théorie toute faite pour assurer la survie de l'espèce.
Mais à travers ses chapitres brefs et pénétrants, qui sont autant d'analyses de la réalité concrète dans laquelle nous vivons, il nous invite à reprendre à notre compte et à poursuivre l'interrogation. Et nous suggère que, pour remettre sur ses pieds un monde qui marche sur la tête, c'est en chacun de nous que doit s'opérer le rétablissement.


Rayons : Entreprise, économie & droit > Sciences économiques > Sciences économiques généralités > Faits de société / Actualité


  • Auteur(s)

    Jean-Luc Coudray

  • Éditeur

    Sulliver

  • Distributeur

    Pollen

  • Date de parution

    04/03/2010

  • Collection

    Idees Libres

  • EAN

    9782351220627

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    144 Pages

  • Longueur

    20 cm

  • Largeur

    13 cm

  • Épaisseur

    1 cm

  • Poids

    162 g

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Jean-Luc Coudray

  • Naissance : 1-1-1960
  • Age : 64 ans
  • Pays : France
  • Langue : Francais

Né en 1960 à Bordeaux où il vit et travaille, il est auteur de nouvelles, récits humoristiques, essais, scénarios de dessins d'humour, et des strips Béret et Casquette ; plus d'une cinquantaine d'ouvrages publiés à ce jour et traduits en plusieurs langues. Jésus l'apocryphe est son cinquième livre publié par L'Amourier. Jean-Luc Coudray soutient le point de vue de la décroissance.

empty