• S'il y a bien une chose que Célia déteste autant que les parapluies, ce sont les tics de langage de sa prof de français. Avec Martin, la jeune fille se met en tête de développer une machine qui supprime tous ces "en fait", ces "du coup", ces "voilà" qui polluent son quotidien. Son idée ? Une boîte à bruitage un peu améliorée... Pas sûr que ça fasse rire tout le monde, mais Célia en est certaine, son invention révolutionnera les discussions !

  • Cela fait des semaines et des semaines qu'il pleut à verse. Célia n'en pleut plus. Mais la jeune fille a de la ressource : plus tard, elle veut être inventrice ! Voici donc son premier défi : concevoir un parapluie sans manche ! Un parapluie un peu magique... Grâce à sa folle imagination et à l'aide de Jules, un garçon de sa classe, peut-être trouvera-t-elle la solution ?
     
    Ce texte a été testé par des enfants et relu par une orthophoniste.
     

  • La star de la littérature jeunesse, Susie Morgenstern, poursuit dans ce deuxième livre « pour adultes » son récit de sa vie amoureuse.
    À plus de 70 ans, après avoir vécu trente années dans le souvenir de son premier mari, le mathématicien Jacques Morgenstern, elle rencontre, par internet, Georges, plus âgé, veuf lui aussi, et suisse. Une rencontre détonante, racontée avec un humour irrésistible, qui avec légèreté et finesse, ouvre à toutes les questions graves : le bouleversement dans la famille, l'accompagnement de la maladie, les difficultés d'adaptation... et qui met l'accent sur l'élan de vie retrouvé, la joie, la sexualité, l'entente profonde... Un formidable témoignage sur l'amour des séniors.

  • L'année des dix ans de Susie, aux États-Unis dans le New Jersey dans les années 1950. Susie grandit dans une famille juive de trois enfants. De trois filles plus exactement : Sandra, Effie et elle, Susie, la « petite dernière ». Et c'est son grand drame d'être la troisième ! En plus, ses soeurs prennent toute la place : Sandra est « la plus jolie », Effie « la plus drôle ». Que lui reste-t-il de spécial ? Susie Morgenstern a écrit "La petite dernière" (Nathan) en 2015. Elle y relate une enfance heureuse, non conventionnelle, qui a déterminé sa vie.

  • La mère d'Ernest est morte et son père a disparu. Ernest a été
    recueilli par Précieuse, sa grand-mère. Aujourd'hui, à dix ans, il ne
    connaît que la vie ennuyeuse qu'il partage avec elle. Excellent
    élève, Ernest prend garde à rester éloigné des autres. Jusqu'au jour
    où Victoire arrive dans sa classe. Elle a treize frères, ce n'est pas
    Ernest qui va l'impressionner. Au contraire, la voilà qui le sort de
    /> la monotonie pour le projeter dans la vie...

empty