• Ce livre se veut tout d'abord un portrait croisé d'Hergé et de Spielberg.
    Hergé y est présenté avec son histoire compliquée, ses doutes, ses succès, ses deux mariages, et surtout son fabuleux coup de crayon pour ses héros dans Tintin ; Spielberg est présenté avec l'histoire de ses années de galère, son manque de père, ses gigantesques succès d'E T à Jurassic Park, de la Liste de Schindler à la Guerre des Mondes. Avec le renfort d'interviews, d'extraits, d'anecdotes, de résumés sur leurs créations et leurs héros universels (Haddock, Indiana Jones...), le détail de leur rencontre de 1983 manquée à quelques heures près, et le nouveau film sur Tintin en Motion Capture 3D qui est le produit de la nouvelle rencontre entre deux " âmes soeurs "...
    Dans un second temps, Laurent Malbrunot étudie en détail les thèmes centraux des deux créateurs : le secret des origines, le monde de l'enfance qui transparaît dans chaque oeuvre, les figures du père et de la violence, la place des héros et de l'étranger... Ces deux univers dynamiques et en perpétuelle évolution sont décrits depuis les origines jusqu'aux plus récentes créations, avec une étude approfondie des thèmes de l'enfant abandonné, de l'effondrement d'un monde, de la nécessaire inscription dans l'histoire, avec un attachement tout particulier à la capacité unique qu'ont ces deux créateurs à transmettre beaucoup de leur intimité, tout en touchant à l'universel (de 7 à 77 ans...).

  • Il est un peu trop facile de réduire le cinéma de James Cameron à des prouesses hi-tech ou à un sens de l'action peu commun.
    Avatar est le dernier film d'un réalisateur à l'univers complexe, peuplé de créatures d'eau et de feu, rempli de guerriers et d'aliens, mélange de nature et de technologie. En quelques semaines, contre toute attente, ce film de science-fiction, sans tête d'affiche, devient le plus grand succès de l'histoire du cinéma. Avatar, c'est à la fois un condensé et une évolution de l'univers de James Cameron.
    Un univers complexe fait de dédoublements, de métamorphoses, de mélanges, avec au final une question centrale sur le statut de l'humain : robotique (comme dans Terminator), virtuel (comme dans Abyss), ou étranger (comme dans Aliens). Avatar, c'est aussi l'avènement d'un être élu, l'amour sur fond d'effondrement apocalyptique, la volonté de survie malgré le naufrage, comme dans Titanic... Loin des effets spéciaux, l'auteur propose une plongée au plus profond de cet univers, aux confins de son monde intérieur, sur les terres symboliques du père, vers la frontière entre humain et non-humain.
    Car tous les personnages de James Cameron se demandent, finalement comme nous, qui ils sont vraiment.

  • « On ne peut pas changer le passé, mais on peut changer le futur. Le seul moyen pour guérir est de dévoiler la vérité. » Lilly Rush, l'héroïne de Cold Case.
    Série à succès, Cold Case, Affaires Classées® est toujours la présentation d'un destin tragique. Lilly Rush et son équipe d'enquêteurs de Philadelphie ouvrent de nouveau des dossiers, parfois vieux de cent ans...
    Les secrets peuvent alors se dévoiler, toujours marqués du sceau de la haine, de l'amour, de la famille, de la jalousie ou du besoin de reconnaissance. En toile de fond, l'histoire américaine apparaît avec ses failles, ses zones d'ombres, ses évolutions. Mais Cold Case c'est surtout la délicate représentation de la mort, celle qui symbolise le début d'un travail de deuil. Personne ne peut enterrer son passé dans une boîte : tôt ou tard, la vérité, tapie au fond de l'inconscient, doit sortir.
    Loin des projecteurs de tournage, l'auteur nous offre ici une analyse pointue de la série et de ses personnages. Au travers de tous les épisodes des 6 saisons et grâce à de nombreux extraits, il étudie les questions à la fois psychologiques, sociologiques et historiques qui transcendent les épisodes. Si riche et profonde, si attachante et esthétique, Cold Case livre ici enfin ses secrets...

  • Quitter son enfance, c'est pouvoir vivre sa propre solitude avec ses propres repères, des désirs et des frustrations à gérer dans le plaisir et dans la douleur.
    Pour pouvoir se construire, rien n'est simple : il faut le faire tout contre sa mère mais contre son père, en essayant de surmonter le drame oedipien de tuer ce qui vous est le plus cher.
    Construire son identité, c'est s'atteler au réel contre le virtuel, rechercher ses racines, créer sa propre sécurité, assumer sa sexualité, devenir parent, assumer sa propre violence pour comprendre que tout donner ne suffit pas.
    Ce texte sur le parcours que l'on traverse pour construire ses propres repères, est entrecoupé de citations de psychanalystes, de phrases de patients, mais aussi, en contrepoint, de paroles de chansons et surtout de nombreuses vignettes du Capitaine Haddock (avec l'accord officiel de la société Hergé-Moulinsart.) « Vous croyez qu'il a du jus de rutabaga dans les veines, ou quoi ? » (Haddock)

empty