• La postérité de Dante s'explique par la dimension universelle que revêtent son expérience personnelle, ses espoirs ou ses doutes, livrant une interrogation intemporelle sur le statut même du sujet humain. Dans ce voyage métaphysique qu'est la Divine Comédie, le poète décrit la métamorphose de l'individu du sensible au spirituel, la naissance d'un sujet authentique, capable à la fois d'accepter sa condition mortelle et d'accéder à ce que Dante nomme, au Paradis, le trasumanar. Ce néologisme par lequel il traduit une expérience de dépassement du soi et de l'humain est sans doute la clef de lecture à partir de laquelle son oeuvre prend sens : déceptions amoureuses, condamnations ou exil, elle manifeste le long chemin parcouru par cet « esprit pèlerin », de l'humain vers le surhumain. Une métamorphose de soi qui est aussi une métamorphose de l'amour sous toutes ses formes.

  • Durant le Moyen Âge, la politique ne pouvait prétendre en propre au titre de science, mais, au xive siècle, Marsile de Padoue l'extrait des arts pratiques. En produisant un véritable discours de la méthode inspiré par la médecine, il rend ainsi possible la naissance de la science politique.

  • L'étude de la thématique de la lumière du Convivio à la Divine comédie permet de mettre en évidence la manière dont Dante parvient à harmoniser les différentes traditions philosophiques qui le précèdent. Ce faisant, il propose une philosophie nouvelle qui clôt une époque et ouvre sur la Renaissance.

  • 1 - L'histoire d'une oeuvre : un héritage fragmentaire I. Présentation biographique 1. De Samos à Athènes 2. Naissance de l'épicurisme 3. La philosophie dans le jardin II. Une oeuvre lacunaire 1. Diogène Laërce, le doxographe 2. Les découvertes archéologiques 3. Une oeuvre en devenir III. Une physique matérialiste 1. L'atome, principe de ce qui est 2. Différence des doctrines de Démocrite et Épicure 3. Épicure en son temps 2 - L'oeuvre d'un mot : un système en trois lettres I. La Lettre à Hérodote II. La Lettre à Pythoclès III. La Lettre à Ménécée 3 - Les thèmes à l'oeuvre : un matérialisme pour le plaisir I. La canonique 1. Une logique épicurienne ?

    2. Les critères de la vérité 3. Les opinions II. La physique épicurienne 1. Deux principes fondamentaux 2. Le vide existe 3. Les atomes, natures des corps 4. Le tout est infini 5. Les parties de l'atome 6. Caractéristiques de l'atome 7. Le mouvement des atomes 8. Les corps composés 9. Le mouvement des composés 10. Propriétés et accidents 11. Le temps 12. La pluralité des mondes III. Les mécanismes de la perception et la conception de l'âme 1. Les simulacres et la vision 2. Les autres sens 3. La conception de l'âme IV. La doctrine du bonheur 1. La philosophie, médecine de l'âme 2. Un traitement progressif 3. Les dieux ne sont pas à craindre 4. La mort n'est rien pour nous 5. La classification des désirs 6. Connaître le plaisir pour atteindre le bonheur 7. Le bonheur réalisé : la vie du sage 4 - L'oeuvre à l'épreuve du temps : le matérialisme en débat I. Lucrèce, le disciple II. Les détracteurs III. La réhabilitation de l'épicurisme Texte : la Lettre à Ménécée Lexique

empty