• Maillol

    Bertrand Lorquin

    • Skira
    • 14 Mars 2002

    Comptant parmi les plus grands sculpteurs de ce siècle, jouissant d'une gloire internationale, représenté dans les plus grands musées des USA, d'Europe et du Japon, Aristide Maillol n'avait pas, sur le plan bibliographique, la place qui lui revient. Cette monographie est la première qui lui soit consacrée depuis trente ans. Elle est aussi la première à situer sa création dans une perspective chronologique. Cinquante ans après sa mort, de nombreuses expositions ont donné à voir l'oeuvre de Maillol dans le monde entier, mais l'ouverture par Dina Vierny du Musée Maillol, 59 et 61, rue de Grenelle à paris, l'a rendue désormais visible en permanence. Il était temps qu'une monographie réactualise la connaissance d'une création qui est une des sources majeures de la sculpture actuelle.

  • « En 1944 disparaissait le sculpteur Aristide Maillol. L'ouverture de son musée à Paris en 1995 est à la fois un hommage à sa mémoire et la possibilité de découvrir une oeuvre qui a transformé l'art de la sculpture au même titre que les grands pionniers, comme Matisse, Picasso ou Kandinsky, ont bouleversé le champ de la peinture moderne. Avant lui, la sculpture, héritière d'une tradition séculaire, incarnait une fonction de représentation d'ordre mythologique, historique ou littéraire. Maillol a rompu avec cet académisme qui a dominé tout le XIXe siècle. Il a créé un type de beauté lié à la représentation du corps qui lui a permis d'exprimer sa perception du monde. Contrairement à un Picasso passant d'un style à un autre, Maillol a pu faire toute une oeuvre en s'appuyant sur une seule idée, en la développant à l'infini sans jamais en épuiser les possibilités. » Bertrand Lorquin.

  • En 1891, les rues de paris se couvrent d'une affiche pour le moulin rouge, au style radicalement différent des compositions habituelles.
    C'est le peintre toulouse-lautrec qui fait ainsi descendre l'art dans la rue. en moins de dix ans, avec ses audaces de mise en page, son goût de la synthèse et des contrastes de couleurs, le peintre s'affirme comme l'un des maîtres de l'affiche artistique. parmi les plus célèbres, il y a celles qui vantent les plaisirs de la nuit, le moulin rouge, aristide bruant, le divan japonais, mais aussi celles réalisées pour des revus d'art comme la revue blanche ou the chap book, ou encore les publicités pour sescau, son ami photographe, ou les cycles simpson.
    /> " c'est épatant de volonté, de toupet et de rosserie ", s'enthousiasmait le critique félix fénéon. toutes montrent en effet que lautrec n'avait pas son pareil pour manier la ligne et simplifier les formes, les faire spirituelles, élégantes ou tristes, toujours décoratives.

empty