• Camille et Perdican s'affrontent pour ne pas reconnaître qu'ils s'aiment. Pris au piège de leur orgueil, ils cèdent aux mirages du langage facile, celui du badinage. Mais l'amour, s'il n'est pas pris au sérieux, se venge... Les deux soupirants parviendront-ils à s'avouer leurs sentiments?
    Sous le voile d'un proverbe léger, Musset compose une comédie dramatique où le badinage amoureux se révèle un jeu cruel et mortel.

    L'édition :
    o Questionnaires sur l'oeuvre
    o Parcours de lecture
    o Groupement de textes : l'amour mis en scène
    o Cahier photos : les sources du drame romantique ; les mises en scène de la pièce ; triomphe de l'orgueil ou tragédie des sentiments?
    o Éducation aux médias et à l'information (EMI)

  • Tout commence par une trahison amoureuse. Octave, trompé par sa maîtresse, se jette à coeur perdu dans les bras de la débauche. Mais quand survient un nouvel amour, la passion prend le goût amer de la jalousie : pour Octave, marqué au fer rouge de la désillusion, aimer, c'est souffrir, et surtout faire souffrir...
    Autel de douleur dressé par Musset à George Sand au lendemain de leur rupture, la Confession (1836) dépasse pourtant le seul cadre de l'expérience personnelle. Cherchant à toucher du doigt ses blessures et à trouver dans la fiction une vérité consolatrice, Musset, enfant du siècle, chante la désespérance de toute une génération en proie au mal de vivre.

  • Coelio aime Marianne, épouse d'un vieux juge tyrannique. Trop timide, il demande à son ami Octave de plaider sa cause auprès d'elle. Mais tout se complique lorsqu'elle décide de prendre un amant... Musset exprime dans cette pièce toute l'ambivalence de l'amour, mais aussi de son propre tempérament, tiraillé entre gravité et légèreté.

  • Lorenzaccio

    Alfred de Musset

    1537 : dans la Florence des Médicis, le jeune Lorenzo projette en secret l'assassinat de son cousin, le tyran Alexandre. Tentative désespérée de changer le cours de l'Histoire en faisant triompher la cause républicaine ? Ou oeuvre d'un individu d'exception, désireux de laisser son nom à la postérité ? Sous le masque de ce personnage « glissant comme une anguille », double de Brutus l'Ancien comme de Hamlet, se laisse entrevoir, de loin en loin, le moi déchiré de l'auteur, enfant du siècle. Entre cynisme et idéalisme, débauche et héroïsme, la figure énigmatique de celui que l'on surnomme Lorenzaccio a inspiré à Musset ce chef-d'oeuvre du drame romantique.

    Dossier :
    1. Les énigmes du moi : le cas Lorenzo
    2. Le mal du siècle
    3. L'artiste et l'homme d'action
    4. Musset et le drame romantique
    5. Lorenzaccio à la scène
    6. Aux sources de Lorenzaccio.

  • «Ah! Marianne, c'est un don fatal que la beauté!»

    Mariée à un vieillard jaloux, la vertueuse Marianne déchaîne les passions, notamment celle de Coelio, dont Octave vient lui louer les qualités et les mérites. Mais Marianne n'a d'yeux que pour ce dernier... De ce trio amoureux, gouverné par les caprices du coeur, ne pouvait naître que le drame.

    Comédie à l'issue tragique et au ton peu conventionnel, la célèbre pièce de Musset met en scène les désirs et les revendications d'une femme dans un cadre italien propice à tous les jeux de masque. Longtemps condamné par la censure, Les Caprices de Marianne continue de fasciner par son éminente modernité.

    o Objet d'étude : Dire l'amour
    o Dossier pédagogique spécial nouveaux programmes
    o Prolongement : Pour aller plus loin (mise en scène, débat, étude d'images et lectures complémentaires)

    Classe de quatrième.

  • Un prince échange son identité avec son aide de camp afin de mieux connaître sa promise et un jeune bourgeois munichois criblé de dettes prend celle d'un bouffon décédé : voilà bien tous les éléments réunis pour une comédie divertissante, idéale pour l'étude en classe au lycée ! Cette édition pédagogique permettra en outre d'étudier la parole au théâtre, Musset et le drame romantique, mais aussi le personnage du bouffon au théâtre.

    Niveaux et thèmes au programme
    2de-1re : Le théâtre

  • Dans le Paris des années 1830, un jeune dandy inconstant, en perpétuelle contradiction avec lui-même, tombe fou amoureux de deux femmes. Si la riche marquise de Parnes et la modeste madame Delaunay se ressemblent, leur condition les sépare. L'une est une aristocrate, mariée, reine de son domaine huppé de la Chaussée d'Antin. L'autre, veuve, vit modestement de ses travaux de couturière. Pour la première fois de sa vie, Valentin va devoir faire un choix.
    Musset nous offre une variation pleine de charme sur un thème universel, et assortit son observation amusée du trio d'une réflexion plus profonde sur les mécanismes de l'amour.

  • Un spectacle dans un fauteuil (vers) est l'un des projets les plus singuliers de la littérature romantique. Dans ce recueil publié en 1832, Musset rassemble deux pièces de théâtre en vers, une tragédie, La Coupe et les Lèvres, et une comédie, À quoi rêvent les jeunes filles, ainsi que Namouna, l'un des sommets de sa poésie. Ce théâtre, où la scène affleure sans cesse de manière virtuelle, se caractérise par une langue originale, une spontanéité d'intrigue et de rythme. Ce spectacle destiné à la lecture dévoile le génie de Musset dramaturge, sa virtuosité de versificateur, mais offre aussi dans la « Dédicace » de La Coupe et les Lèvres une poétique remarquable de personnalité.

  • Jeune dandy ironique et désinvolte, Valentin, vingt-cinq ans, jure qu'il ne se mariera jamais... Ce proverbe, l'un des plus gais de Musset, démontre avec grâce et fantaisie qu'en amour du moins, on ne saurait jurer de rien.

  • o OEuvre en texte intégral, suivie d'une anthologie sur la question politique.
    Au programme de terminale L (Tle L) pour le bac 2013.
    En lien également avec l'objet d'étude « Le texte théâtral et sa représentation : du XVIIe siècle à nos jours » du programme de français en première (1re).
    o Une édition annotée et commentée par Laurence Rauline, professeur agrégée de lettres modernes, docteur en littérature française de l'âge classique.
    Le texte
    Florence, en 1537. Alexandre de Médicis, un tyran brutal et débauché, dirige la ville. Lorenzo, son cousin, a un seul but : l'assassiner, pour libérer les Florentins. Réussira-t-il à faire advenir la République ?
    Lorenzaccio, l'un des exemples les plus achevés du drame romantique, est une pièce où se mêlent l'Histoire et la réflexion sur le pouvoir.
    L'anthologie
    Les textes de l'anthologie invitent à approfondir la question politique et à prendre en compte les liens qui l'unissent à la représentation théâtrale.
    Le dossier
    Le texte est associé à un dossier critique, qui comprend :
    - des repères historiques et biographiques,
    - des fiches de lecture permettant de dégager les principaux axes de lecture de l'oeuvre,
    - des exemples d'adaptations théâtrales,
    - deux groupements thématiques composés de textes complémentaires et de documents iconographiques en couleurs ;
    - des sujets de type bac, pour l'écrit et pour l'oral.

  • Écrits par Musset dans la dernière partie de sa vie, entre 1842 et 1854, ces contes doux-amers dépeignent des héros solitaires en quête de bonheur, dont l'itinéraire est semé d'épreuves, d'émerveillements et de désillusions.

    Plongeant leurs racines dans la nuit de l'enfance, ils composent un monde où l'on croise des chevaliers sans fortune (Pierre et Camille), des frères ennemis (Les Frères Van Buck) et des fées marquises (La Mouche)... Mais Musset y décrit aussi la société de son temps, comme dans Mimi Pinson, où il donne à la figure de la grisette ses lettres de noblesse. Dans l'Histoire d'un merle blanc, fleuron de ce recueil, l'auteur parle de sa condition d'artiste incompris, d'amant délaissé et de poète maudit. Plus émouvants que féeriques, plus réalistes que fabuleux, ces contes aux accents contrastés sont les chants du cygne de Musset.

  • Poésies nouvelles

    Alfred de Musset

    « Je suis bien de l'avis de ceux qui aiment Musset, oui, c'est un poète à mettre au-dessus de Lamartine et de Victor Hugo ; mais ici ce n'est pas encore article d'évangile. » Dans les années qui suivirent ce jugement de Balzac (Lettre à madame Hanska, 18 octobre 1834), Musset allait imposer aux sceptiques toute l'étendue de son génie de poète : par l'abondance des sujets traités et la diversité de ses tonalités, par son renoncement à l'ironie qui imprégnait encore les Premières Poésies et la conquête d'un lyrisme maîtrisé, le recueil des Poésies nouvelles est l'acte de naissance d'une nouvelle « grande poésie » accordée à son temps.

  • « Je crois que Musset nous séduisit d'abord par sa crânerie de gamin de génie. [...] Puis, lorsque nous fûmes gagnés par ses côtés tapageurs, la profonde humanité qu'il dégage acheva de nous conquérir. Il n'était pas seulement le gamin de génie, notre frère à tous qui avions seize ans ; il nous apparut si profondément humain que nous entendîmes battre nos coeurs sur la cadence de ses vers. Alors il devint notre religion. Par-dessus ses rires et ses farces d'écolier, ses larmes nous gagnèrent ; et il ne fut ainsi tout à fait notre poète que lorsque nous pleurâmes en le lisant. »
    Émile Zola
    Cette édition reproduit l'intégralité des Premières Poésies publiées en 1854 - la dernière édition du vivant de Musset -, y compris les trois pièces de théâtre en vers que Musset n'a jamais publiées dans son théâtre.


  • Gamiani, le seul érotique romantique, marque d'une empreinte profonde tous ses lecteurs. C'est l'ouvrage clandestin qui a été le plus souvent réédité depuis le siècle dernier.
    Malheureusement, de réédition en réédition, le vrai texte disparaissait de plus en plus derrière des versions " corrigées ", dues à des lecteurs inattentifs ou prétentieux, qui jugeaient bon de donner leur version " puisque le texte n'était pas de Musset. "
    Aujourd'hui, grâce au professeur Simon Jeune (éditeur du Musset de la Pléiade), nous savons sans pouvoir en douter que le texte est bien de Musset, et nous disposons d'une version authentique, enrichie de quelques notes explicatives. C'est celle-ci que nous vous présentons, suivie de l'étude de Simon Jeune qui en restitue la paternité à son auteur.
    Voici donc, pour la première fois depuis sa publication (à tirage très limité), le vrai texte d'Alfred de Musset.

  • « Je ne connais personne qui n'aimât pas la littérature de M. de Musset, quant à moi, je le dis, elle me plaît infiniment » : c'est en ces termes que Balzac salua la parution des Nouvelles.
    Publiées dans la Revue des Deux Mondes entre 1837 et 1839, elles relatent des histoires de coeur tour à tour légères et graves, drôles et mélancoliques. Dandies et grisettes, espiègleries, baisers volés, rendez-vous furtifs, adieux déchirants : on devine toute la fantaisie des liaisons de l'auteur dans ces récits mettant en scène un homme épris de deux femmes (Les Deux Maîtresses), un amant artiste (Le Fils du Titien), ou encore un garçon sans le sou bien décidé à rassembler cent mille écus pour épouser celle qu'il aime (Croisilles)...
    Empruntant tout à la fois au roman d'analyse classique, au récit grivois et au conte de fées, Musset accède ici à la haute maîtrise de son art de prosateur.

  • Emmeline, jeune femme de caractère, a épousé le comte de Marsan contre la volonté de son père. Après quelques années de bonheur tiède, son regard croise celui d'un très charmant poète... Balzac qualifia cette nouvelle de 'chef-d'oeuvre de la littérature moderne' lors de sa parution.
    Deux nouvelles galantes qui mêlent subtilement légèreté et gravité par l'auteur d'On ne badine pas avec l'amour.

  • « L'obscénité disparait presque, la boue et le sang se sèchent au feu du style... »
    L'intrigue est fort concise, Alcide, un proche de la comtesse Gamiani, intrigué et attiré par la maîtresse de maison, se cache, un soir, chez elle, pour surprendre ses secrets. Il découvre qu'elle est lesbienne et assiste à ses joutes saphiques avec son amie, Fanny. Alcide, ne pouvant résister à ce spectacle, pénètre dans l'arène surchauffée et se jette sur la jeune fille, mais la comtesse se mêle à leurs ébats et se révèle insatiable telle une « Prométhée femelle dévorée par cent vautours ».
    Au comble de l'excitation, elle se retire dans une autre pièce avec sa camériste Julie et appelle son énorme chien ! Pendant les périodes de repos, chacun des protagonistes fera le récit de ses plus folles expériences amoureuses.
    Alcide tente d'arracher Fanny des griffes de la comtesse, sans y parvenir. Gamiani se confie : « Oh ! oui, je personnifie les joies ardentes de la matière, les joies brûlantes de la chair ! Luxurieuse, implacable, je donne le plaisir sans fin, je suis l'amour qui tue ! ». Il lui faudra donc éprouver l'orgasme suprême, l'extase ultime, en mourant ! À l'aide d'un aphrodisiaque, elle empoisonne Fanny et s'empoisonne elle-même en disant : « Je meurs dans la rage du plaisir, dans la rage de la douleur ».
    Publié pour la première fois en 1833 par l'éditeur Poulet-Malassis, fort bien placé pour connaître le véritable auteur, il affirmait d'emblée : « On a des preuves que M. Alfred de Musset est l'auteur de ce roman ». Il est indéniable que le Cénacle romantique savait parfaitement que Musset était bien l'auteur de ce texte. Dans la préface de l'édition de 1864, reproduite au début de la présente livraison, l'éditeur de l'époque, Vital-Puissant relate les circonstances qui ont participées à l'écriture de Gamiani.
    Collection L'Enfer de la Bibliothèque nationale de France créée par J.-M. Lo Duca.
    Enfer : « Partie fermée d'une bibliothèque où l'on tient les livres licencieux, interdits au public. » (Larousse 1966)
    Pièce de théâtre numérique, 104 pages, orné de 12 illustrations en couleurs de Achille Deveria, couverture en couleurs.(Enfer de la BnF, cote n° 415)

  • Pippo est le fils du célèbre Titien. Il s'acharne à ruiner sa vie : joueur invétéré il dépense sa fortune chaque soir, alors que son talent s'épuise dans la Venise du XVIe siècle.
    Mais une rencontre inattendue risque bien de bouleverser à jamais la vie du jeune homme... Pippo parviendra-t-il enfin à devenir un artiste reconnu ? La recontre de l'amour lui permettra-t-elle de rompre avec ses vices passés ?
    Cet eBook, spécialement édité pour la lecture numérique, contient :
    - une table des matières dynamique
    - la biographie de Alfred de Musset
    - le texte complet Le Fils du Titien











  • Extrait
    Gamiani
    Monsieur, c’est une bien misérable surprise. Votre action n'est qu’un odieux guet-apens, une lâcheté infâme !...
    Vous me forcez à rougir. (Je voulus me défendre.) Oh ! Monsieur, sachez qu’une femme ne pardonne jamais à celui qui surprend sa faiblesse.
    Je ripostai de mon mieux. Je déclarai une passion funeste, irrésistible, que sa froideur avait désespérée, réduite à la ruse, à la violence.
    D’ailleurs, ajoutai-je, pouvez-vous croire, Gamiani, que j’abuse jamais de ma témérité. Oh ! Non, ce serait trop ignoble. Je n’oublierais de ma vie l’excès de nos plaisirs, mais j’en garderai pour moi seul le souvenir. Si je fus coupable, songez que j’avais le délire dans le coeur, ou plutôt ne gardez qu’une pensée, celle des plaisirs que nous avons goûtés ensemble, que nous pouvons goûter encore.
    M’adressant ensuite à Fanny, tandis que la comtesse dérobait sa tête, feignant de se désoler :
    - Gardez-vous, mademoiselle, des larmes dans le plaisir.
    Oh ! Ne songez qu’à la douce félicité qui nous unissait tout à l’heure, quelle reste dans vos souvenirs comme un rêve heureux, qui n’appartient qu’à vous, que vous seule savez. Je vous le jure, je ne gâterai jamais la pensée de mon bonheur en la confiant à d’autres.
    La colère s’apaisa, les larmes se tarirent ; insensiblement, nous nous retrouvâmes tous trois enlacés, disputant de folies, de baisers, de caresses...
    Oh ! Mes belles amies, que nulle crainte ne vienne vous troubler. Livrons-nous sans réserve, comme si cette nuit était la dernière, à la joie, à la volupté.
    Et Gamiani de s’écrier : "Le sort en est jeté : Au plaisir !
    Viens, baise donc, folle, tiens... Que je te morde... que je te suce ; que j’aspire jusqu’à la moelle. Alcide en devoir...
    Oh ! Le superbe animal... Quelle richesse ! Vous l’enviez, Gamiani ? A vous donc. Vous dédaignez ce plaisir, vous le bénirez quand vous l’aurez bien goûté. Restez couchée, portez en avant la partie que je vais attaquer.
    Ah ! Que de beautés, quelle posture ! Vite ! Fanny, enjambez la comtesse, conduisez vous-même cette arme terrible, cette arme de feu ; battez en brèche, ferme, trop fort, trop vite... Gamiani, ah ! Vous escamotez le plaisir.
    La comtesse s’agitait comme une possédée, plus occupée des baisers de Fanny que de mes efforts. Je profitai d’un mouvement qui dérangea tout pour renverser Fanny sur le corps de la comtesse pour l’attaquer avec fureur. En un instant, nous fûmes tous les trois confondus, abîmés de plaisir...

  • Les nuits

    Alfred De Musset

    De la nuit de mai à la nuit d'octobre Musset évoque le problème du rôle de la souffrance dans la création poétique et dans la vie. De la ce dialogue si nouveau entre la Muse tendrement maternelle et Le Poète tourmenté par la souffrance.

  • Balzac qualifia cette nouvelle de «chef-d'oeuvre de la littérature moderne» au moment de sa parution.
    Emmeline, jeune femme de caractère, est sauvé de la mort par le Comte de Marsan. Suite à cet événement, les deux amoureux se marient, contre la volonté du père de la jeune femme. Mais Emmeline s'ennuit rapidement dans son mariage, jusqu'au jour où son regard croise celui d'un très charmant poète... comment doit-elle s'y prendre désormais puisqu'elle ne s'imagine pas être malhonnête envers son mari ?
    Cet eBook, spécialement édité pour la lecture numérique, contient :
    - une table des matières dynamique
    - la biographie de Alfred de Musset
    - le texte complet Emmeline

  • http://www.numilog.com/package/extraits_audio/ab83821.mp3

  • La collection Fichebook vous offre la possibilité de tout savoir du chef-d'oeuvre d'Alfred de Musset grâce à une fiche de lecture aussi complète que détaillée.
    La rédaction, claire et accessible, a été confiée à un spécialiste universitaire.
    Cette fiche de lecture répond à une charte qualité mise en place par une équipe d'enseignants.
    Cet eBook contient :
    - Une table des matières dynamique
    - La biographie d'Alfred de Musset
    - La présentation de l'oeuvre
    - Le résumé détaillé (chapitre par chapitre)
    - Les raisons du succès
    - Les thèmes principaux
    - L'étude du mouvement littéraire de l'auteur
    Notre travail éditorial vous offre un grand confort de lecture, spécialement développé pour la lecture numérique.

  • Elles s'appelaient Julie, Pépa, Laure, et bien sûr George Sand. Elles étaient françaises ou andalouses. Elles ont fait battre le coeur du poète, il les a immortalisées sous sa plume. Voici ici repris une quinzaine de poèmes de Musset, dédiés à des femmes. Souvent jugés trop légers par les pairs de l'artiste, ils témoignent pourtant d'une réelle volonté de comprendre l'autre, jusqu'à se fondre en lui - ou bien plutôt en elle.

empty