• Cette histoire est basée sur un fait réel.

    En Afrique du Sud, dans les années soixante, les Debeer, famille d'Afrikaners (colons blancs d'origine hollandaise), se trouve brusquement « déclassée », passant du statut de Blancs à celui de Métis.

    En vertu des lois sur l'apartheid les Debeer doivent changer de domicile pour s'installer dans le ghetto sur les versants de Devil's Peak, non loin du Cap de Bonne Espérance.

    Ce roman est l'histoire de cette brusque déchirure, de cette nouvelle vie qui commence pour les Debeer. L'autre aspect du roman est la vision de la société sud-africaine, telle que nous la conte Michael le jeune Européen, de cette société où la fameuse Loi sur l'Immoralité ne lui permet pas de rencontrer Prudence Debeer.

    L'amour de deux jeunes gens de « couleur différente » y est inconcevable.

  • Elisabethville, Congo belge, fin des années cinquante.
    Léopold Kitoko Wilson, le jeune métis, adopté par Harry Wilson " un Blanc " et Mania Malkia, la nourrice, africaine au coeur d'or et " forte gueule " forment une famille improbable et singulière. Roman à trois voix, " Sang mêlé " aborde avec délicatesse et réalisme l'univers colonial tel que le vivent les trois protagonistes. Il nous parle de la quête d'identité de Léo, pris entre deux mondes. Il nous parle aussi de l'homosexualité de Harry, cause de son exclusion du cercle des colons.
    Il nous parle de Mama Malkia, plus tout à fait africaine, mais noire aux yeux de tous. Il nous parle aussi de la décolonisation et évoque de manière saisissante l'atmosphère du Congo belge à la veille de l'indépendance. Chacune de ces voix nous parle de la difficulté à vivre sa différence. Chacune de ces voix nous livre sa vision de l'époque coloniale dans un questionnement sans outrance mais, sans compromis.

  • En 1960. La décolonisation au Rwanda-Burundi.
    Et déjà les Hutus se heurtent aux Tutsis.
    « Des princes et des dieux » Intrigue picaresque sur fond de lutte pour l'indépendance au Rwanda et au Burundi symbolise la grande catastrophe annoncée... Il nous parle aussi de la décolonisation et évoque de manière saisissante l'atmosphère du Rwanda-Burundi à la veille du chaos.
    Passion et politique s'y mêlent chez des personnages issus de communautés diverses: grecque, italienne, belge, ismaélite, américaine. Tous cherchent à profiter des rivalités tribales et des enjeux du pouvoir.
    Le Grec Tobias, riche commerçant, et sa femme Damiana s'affrontent à Dimitri, à Oswald, jeune aidesoignant, et au prince tutsi Ruego.... Le personnage principal du livre, un certain Dimitri Spiros a vraiment existé. Il fut exécuté le 30 juin 1962 pour avoir assassiné, sur ordre, le prince tutsi Ruego..
    Déclenchant déjà des massacres ethniques.

  • Léodine l'africaine

    Albert Russo

    • Ginkgo
    • 15 Septembre 2011

    Ce livre raconte l'enfance et l'adolescence de Léodine, fille de colons.
    Née au Congo Belge au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, elle apprend adolescente que dans ses veines coule du sang noir, celui de son arrière grand-mère, esclave en Louisiane. Cela va changer sa perception du monde. Mais peut-on changer " qui l'on est " Albert Russo est l'écrivain par excellence du métissage. Nous allons du Noir au Blanc, de l'homme à la femme, de l'Afrique à l'Amérique du Nord.
    Il nous fait réfléchir sur nos origines. La description qu'il fait du Rwanda et de la région des Grands Lacs incite à la réflexion. Nous la connaissons surtout aujourd'hui pour tes massacres qui ont eu lieu entre Hutus et Tutsis. Russo nous parle d'un paradis perdu, là où nous nous souvenons de l'enfer. Toute la beauté du Congo dans un tourbillon d'odeurs, de jeux de lumière, de sensualités qui vous entraînent avec une force incompréhensible pour celui qui n'a jamais foulé le continent africain.
    Avec Léodine l'Africaine, Albert Russo revient sur le terrain de son enfance et nous livre une très belle réflexion sur l'Afrique des années 50 et sur le sens des origines.

  • Léopoldine naît au Congo Belge aux lendemains de la seconde guerre mondiale. Sage fillette de colons, elle traverse, malgré l'absence du père, une enfance à l'abri du besoin, et relativement à l'écart des indigènes...jusqu'au jour où elle découvre les origines de son père et sent couler dans ses veines du sang mêlé.
    Les siens ne sont plus tout à fait ceux qu'elle pensait ; elle devra apprendre à se défaire de la honte que causera le regard de ses pairs 'européens' et honorer ses 'ancêtres noirs'.

  • Un exil africain - De Rhodes et de la Rhodésie, au Congo belge.
    Roman à trois voix, « Exils africains » évoque de manière saisissante l´univers colonial tel que le vivent les trois protagonistes. Sandro Romano-Livi, le juif italien, qui quitta son île méditerranéenne, à destination du Congo belge et qui nous entraîne dans la région du Katanga et des Grands Lacs à la découverte de cette Afrique coloniale et de ses populations.
    Florence Simpson, sa fiancée anglicane, ayant grandi en Rhodésie du Sud (le Zimbabwe d´aujourd´hui). Elle nous parle de son enfance et de son mariage avec Sandro, de la naissance de leurs deux filles, Astrid et Dalia. Mais aussi de leur nouvelle vie en Italie après les sanglants événements survenus au Congo, après l´Indépendance.
    Elle et son mari auront ainsi vécu un double exil. Enfin, la parole est donnée à David-Kanza (Daviko), l´enfant métis que le meilleur ami de Sandro a eu avec une Congolaise, et que Sandro adoptera.
    Chacune de ces voix, avec délicatesse mais réalisme nous livre sa vision de l´Afrique coloniale et nous questionne sur les blessures de l´exil.

  • L'Amant de mon père, journal parisien - Roman érotique et thriller Albert Russo Roman de 34 600 mots, 206 000 caractères, Frank, jeune homme de bonne famille, découvre parmi de vieux papiers des lettres de rupture adressées par son père à un certain Éric. Sa curiosité est d'autant plus attisée qu'il souffre de la froideur de son père, dont il ressent pourtant l'affection qu'il lui porte. Frank retrouve l'ancien amant de son père et tombe rapidement sous son charme et devient ainsi l'amant de l'amant de son père. Karine, la fiancée de Frank, découvre cette liaison et décide d'en parler à la mère du jeune homme. Cette femme autoritaire et homophobe avait réagi vivement à l'aveu de celui qui allait alors devenir son mari. Elle lui avait interdit tout acte de tendresse pour leur fils. Elle reproche à ce dernier d'avoir lancé leur fils dans les bras de son ancien amant. Retrouvez tous nos titres sur http://www.textesgais.fr/

  • L'Amant de mon père, journal romain - Roman érotique
    Albert Russo
    Roman de 34 300 mots, 206 600 caractères,
    Après les tribulations vécues dans le premier tome « L'amant de mon père - Journal parisien », Éric Wangermée prend le temps de vivre, de revivre. Changer de ville, changer de pays. Parcourir les ruelles romaines et pouvoir à nouveau laisser un sourire s'accrocher à son visage. Et puis l'impétuosité de s'adonner à la fusion des corps. Il rencontre un trio d'hommes : Sven le Suédois, Ménélik l'Éthiopien et Alfiero le Romain. Son entrée dans ce ménage à trois, qui a trouvé après bien des atermoiements un équilibre entre sentiment amoureux, tolérance et jalousie, va créer bien des remous.
    /> Ce deuxième tome est aussi l'occasion de présenter au lecteur le côté intime de la ville éternelle et de découvrir le charme désuet de la cité balnéaire d'Ostia.
    Retrouvez tous nos titres sur http://www.textesgais.fr/

  • Albert Russo Zapinette et son tonton homo chez les Belges Roman drôle de 187 000 caractères, Revoilà Zapinette propulsée, cette fois, en Belgique, avec son loufoque de tonton. Au début elle est furieuse et en veut à ce dernier, car si elle se retrouve dans le plat pays, ...

  • Zapinette et son tonton homo à la Gay Pride Albert Russo Roman drôle de 114 000 caractères, Ce roman hilarant est aussi un conte moral. Votre Zapinette est un merveilleux personnage. Vous lui prêtez une langue cocasse, drue, d'une constante invention verbale. Bref, c'est un enchantement. ...

  • Albert Russo Zapinette et son tonton homo au pays des Zoulous Roman drôle de 60 300 caractères, Que c'est long, que c'est long, et kipluzè on voit rien à travers le hublot, pour cause de nuit noire ! Hé ho ! y a pas de racisme ici, commence pas hein, quand c'est sombre et qu'on n'y voit goutte, ...

  • Zapinette et son tonton homo aux Champs-Élysées Albert Russo Roman drôle de 180 000 caractères, Albert Russo, avec Zapinette et son tonton homo aux Champs-Élysées nous donne un roman plein d'humour et de fantaisie, ...

  • Zapinette et son tonton homo aux Champs-Élysées Albert Russo Roman drôle de 107 000 caractères, Zapinette nous fait tourner le dos à la morosité et nous conduit dans les contrées de l'humour. C'est une gamine de 12 ans qui applique aux êtres et aux événements des jugements empreints d'une logique et d'un bons sens très personnels, ...

  • Zapinette et son tonton homo à New York Albert Russo Roman drôle de 210 000 caractères, Tonton m'a emmené voir une comédie musicale à Broadway. Cet après-midi-là on avait fait la queue à Times Square pendant plus de deux heures et on se les gelait, mais c'était la seule façon d'avoir des billets à moitié prix. ...

  • Zapinette et son tonton homo à la Gay Pride
    Albert Russo
    Roman drôle de 114 000 caractères, 20 100 mots
    Ce roman hilarant est aussi un conte moral. Votre Zapinette est un merveilleux personnage. Vous lui prêtez une langue cocasse, drue, d'une constante invention verbale. Bref, c'est un enchantement. Merci encore de m'avoir procuré ce grand bonheur de lecture. Gilles Perrault (Auteur de romans et de bestsellers).
    Retrouvez tous nos titres sur http://www.culturecommune.com/


  • Zapinette et son tonton homo aux Champs-Élysées

    Albert Russo
    Roman drôle de 180 000 caractères, 32 000 mots
    Albert Russo, avec Zapinette et son tonton homo aux Champs-Élysées nous donne un roman plein d'humour et de fantaisie, Zapinette est une petite fille d'aujourd'hui qui nous parle de ses rapports familiaux et affectueux avec son oncle "mot sessuel". Le langage est sans cesse détourné, les jeux de mots font merveille, mais ce n'est jamais gratuitement, pour notre seul amusement. Cette écriture empruntée (ou prêtée plutôt) à l'enfance est le résultat d'une observation (une déformation, un grossissement aussi bien sûr!) de notre langage contemporain et de celui de nos nouvelles petites filles modèles. Si Zapinette est un modèle, c'est bien parce qu'elle reflète dans sa vivacité, son irrespect, sa tendresse aussi, la réalité de nos petites filles de l'an 2000, mal embouchées, revenues de tout, à qui l'on n'a plus rien à apprendre, mais qui connaissent heureusement encore les grosses larmes des petits chagrins.
    Voir le monde par les yeux d'un enfant est toujours une gageure. Albert Russo l'a réussie.
    Maurice Cury, auteur, entre autre, de "La Quête du Vent", de"Jojo de Bagnolet" et de "Sur la route de Salina", filmé par Georges Lautner, avec Rita Hayworth
    Retrouvez nos titres sur http://www.culturecommune.com/


  • Zapinette et son tonton homo découvrent l'Italie
    Albert Russo
    Roman drôle de 107 000 caractères, 19 000 mots
    Zapinette nous fait tourner le dos à la morosité et nous conduit dans les contrées de l'humour. C'est une gamine de 12 ans qui applique aux êtres et aux événements des jugements empreints d'une logique et d'un bons sens très personnels, tout imprégnés des images que lui fournit la télévision. Décidée, impertinente, elle a des opinions tranchées, mais étant enfant du `visuel', elle assimile les noms propres et les expressions à ce qui est concret, compréhensible et tangible pour elle. C'est ainsi qu'elle invente continuellement des homophonies qui font la joie du lecteur. Son compagnon, son guide et confident est le tonton Albéric qui l'emmène en voyage dans son Italie natale où elle monnaie les visites de musée contre des cornets de glace dont elle est très friande. Cependant, cet oncle sur qui elle déverse ses joies et colères lui cause parfois de l'embarras : il paraît qu'il est "mot" ou même "bis", cela est bien compliqué, elle voudrait bien qu'il soit "météro".
    Malgré leur différence d'âge et de caractère, ils s'aident à vivre et ne sauraient se passer l'un de l'autre. Amusons-nous donc du regard que porte cette gamine délurée sur notre société, savourons ses réparties et offrons-nous le plaisir de sourire en lisant ce livre.
    Anna Christophoroff, Europe Plurilingue
    Retrouvez tous nos titres sur http://www.culturecommune.com/

empty