Tourisme & Voyages

  • 80 mots, pour la plupart en dari, le persan d'Afghanistan mais avec de nombreuses références au pashto, la seconde langue officielle du pays. A travers ces mots, qu'Etienne Gille a choisis parce c'étaient ceux qui lui semblaient couvrir le mieux toutes les réalités de la vie afghane, sont abordés les liens familiaux, les relations sociales, la nourriture avec tous les plats servis avec générosité à l'hôte que l'on veut honorer, les différents arts, les jeux, en somme tout ce qui fait l'originalité et le charme d'un pays.
    Les problèmes ne sont pas évacués : la pauvreté, la drogue, la condition des femmes, les luttes et rivalités entre clans ou ethnies. Chaque fois, le regard d'Etienne Gille est empreint de lucidité, mais aussi de compréhension et de tolérance. On a là un précieux vademecum pour mieux comprendre les Afghans.

  • Haardt me regarda : " Vous paraissez bien jeune, me dit-il.
    Savez-vous que, pour un effort soutenu, un homme de trente à quarante ans est plus robuste qu'un jeune homme et en ce qui concerne votre métier, vu votre âge, vous ne devez pas avoir beaucoup d'expérience... - C'est exact, monsieur, mais si tout est nouveau pour moi, ça l'est également pour les autres... alors autant que ce soit moi, car de toute mon âme j'aimerais faire partie de votre expédition. "

empty