Walt Whitman

  • Walt Whitman, l'homme de l'espace américain, l'homme du surgissement, du déferlement vocal, du souffle porté à sa plus vaste amplitude, cet homme-là se dresse à jamais avec ses cris, ses rages, ses ferveurs. Tant d'énergie brute, tant de puissante naïveté, tant d'intuitions sonores ne cessent d'activer le coeur, d'exalter le corps. C'est la chance d'un bain de houle, avec en plus cette joie singulière, hérétique en poésie, de voguer gaillardement sur de bons sentiments. Whitman porte et emporte, provoque, prend par le bras, allonge le pas, amplifie l'écho et révèle à chacun sa voix d'homme.
    « Solitaire américain poussé comme un gratte-ciel dans un désert inculte de maisons à bas étages », selon Jacques Darras, Walt Whitman apparaît bien aujourd'hui à cette place de guetteur : il respire haut, il voit loin, il préfigure un monde fraternellement habitable.

  • Battements de tambour représente à bien des égards un cas à part dans la production poétique de Walt Whitman (1819-1892). Plus connu comme l'auteur de Feuilles d'herbe (Leaves of Grass), l'oeuvrephare qu'il remania de 1855 à sa mort, Whitman publia en 1865 deux recueils de poèmes consacrés à la guerre de Sécession. C'est le second de ces deux recueils qui est traduit ici. Publié à quelques semaines d'intervalle du premier, il en intègre les pièces et trahit le souci qu'affiche le poète de réagir de façon adéquate à l'assassinat d'Abraham Lincoln, tout en exprimant un espoir de réconciliation entre les deux camps. Si la plupart devaient finir par rejoindre le corpus de Feuilles d'herbe, les poèmes du présent recueil sont présentés dans leur état initial, mêlés à des pièces de circonstance ou à des textes courts, plus contemplatifs et a priori sans rapport direct avec la guerre.
    Battements de tambour donne à voir un poète qui tente de trouver un sens au conflit fratricide national, sans jamais prendre parti. Si l'on retrouve de nombreux traits d'écriture typiquement whitmaniens, on cherchera en vain les audaces stylistiques d'un poème comme « Chant de moi-même » ou comme « Je chante le corps électrique ». Le défi, pour le traducteur, est de rendre une langue qui va des accents dionysiaques de l'enthousiasme belliqueux initial aux langueurs apolliniennes de l'élégie pour atteindre un état d'apaisement relatif (et peut-être un brin artificiel). La présente traduction s'est donc attachée à reproduire les différents registres employés dans le recueil, prenant soin de proposer des équivalents aux différents traits d'écriture employés par un poète soucieux de panser les plaies de son pays. Par exemple, dans l'ultra-célèbre « Ô capitaine ! mon capitaine ! », le traducteur a choisi de conserver les rimes de l'original (évacuées par les traducteurs précédents au profit du seul contenu thématique). L'appareil de notes a été réduit au strict minimum afin de troubler le moins possible la lecture des poèmes.
    E. A.

  • Étrange destin que celui de la première édition de Feuilles d'herbe puisqu'elle est restée à ce jour inédite en France où Whitman (1819-1892) est souvent cantonné au rôle de poète traditionnel, voire scolaire. L'éminence de ce poème-fleuve dans l'édition de 1855 est à l'image de la hardiesse indéniable d'un brûlot poétique que 150 ans d'existence et sept versions successives semblent avoir rendu toujours plus éblouissant et radical. C'est en 1959 que ce " chef-d'oeuvre enseveli de la littérature américaine " refit surface dans le monde anglophone grâce à Malcolm Cawley où il s'imposa de façon durable. On compte actuellement six éditions de ce texte alors qu'en France nous en restons toujours à l'infatigable entreprise de réécriture menée par Whitman.
    /> Les poèmes en leur premier état paraissent neufs, radicaux et déroutants d'où l'intérêt de les présenter dans cette version au lecteur français. Son " aboiement barbare par-dessus les toits du monde " inaugure la naissance en juillet 1855 de la poésie américaine moderne.

  • « Walt Whitman aura été en fin de compte plus prolifique comme prosateur que comme poète. Soucieux de léguer à la postérité cet important volet de sa production littéraire, il supervisera l'édition définitive de ses textes en prose en 1892, l'année même de sa disparition. Il est donc clair que pour Whitman la frontière entre prose et poésie est ténue, ce qui correspond d'ailleurs à la position qu'il revendique:« l'heure est venue ( ... ) de briser les barrières formelles érigées entre prose et poésie.» Les textes retenus ici couvrent quatre décennies de la carrière littéraire de Walt Whitman. Ils donnent la mesure d'un pan négligé et pourtant primordial de sa production : la réflexion théorique. D'une constance à toute épreuve, il associe sans relâche l'évolution démocratique de son pays au développement de la littérature américaine, au sujet de laquelle il fera preuve jusqu'à sa mort d'une férocité volontiers polémique. Les textes proposés ici (réunis de son vivant par le poète dans Recueil et par son exécuteur testamentaire à titre posthume dans Manuel d'Amérique) brossent de façon saisissante et souvent déroutante le portrait d'un penseur inflexible qui s'est donné comme mission impossible d'imposer la poésie comme pierre angulaire de l'édifice social et politique de tout un pays.
    À ce titre, pour créer une littérature qui puisse se présenter comme autochtone, il restait encore aux États-Unis, débarrassés du joug britannique, à se libérer de l'idiome hérité de l'ancien pouvoir colonial.
    D'où, chez Whitman, l'imbrication si intime du linguistique et du politique.
    C'est l'un des enjeux les plus évidents des textes de Whitman qui, le premier, mettra en oeuvre ce que, désormais, on pourra nommer 1'« américanité ».
    E.A.

  • Préfigurant l'oeuvre d'un des plus grands poètes américains, voici six nouvelles de Walt Whitman, inédites en France et demeurées dans l'ombre jusqu'en 1927. Elles illustrent certains aspects de l'Amérique des années 1840 et comportent quelques gros plans sur des faits de société, mais sont aussi le reflet d'une période de la vie de Whitman, où, contraint d'abandonner New York pour Long Island, il exerça la charge d'instituteur itinérant pendant cinq ans.
    Exemplaires de l'esthétique littéraire américaine du XIXe siècle, elles annoncent la thématique et le style de «Feuilles d'Herbe», publié dix ans plus tard.

  • L'amitié entre Walt Whitman, le grand poète américain des Feuilles d'herbe et Abraham Lincoln est curieusement postérieure à ce tract politique écrit en 1856, cinq ans avant l'accession au pouvoir de ce dernier. Dès le début, Whitman a professé une vive admiration pour Lincoln - que l'on se souvienne des vers «O Captain ! My Captain !» que déclame le professeur Keating dans Le cercle des poètes disparus - ils sont ce qu'on appelle des kindred spirits (des âmes soeurs), nourrissant pour l'Amérique une même vision démocratique alors que se profile la Guerre de Sécession. Whitman n'a pas publié ce long tract politique de son vivant, qui sonne comme une terrible charge contre la corruption de la classe politique américaine. Il se veut également un rappel du principe même de la démocratie, en appelant de ses voeux un pouvoir issu du peuple. En 1856, dans cette jeune nation américaine déchirée par la guerre larvée entre États du Nord abolitionnistes et du Sud esclavagistes, Whitman fustige une caste politique impuissante, vieillissante, incompétente, qui menace d'émasculer la jeunesse du pays, en la privant des principes républicains qui constituent l'âme même des États-Unis - et les démarquent des puissances monarchiques de l'Ancien Monde. Il souhaite l'avènement d'un candidat qui soit celui du peuple plutôt que celui des partis. Cent soixante ans plus tard, ce libelle n'a rien perdu de sa vigueur, de son enthousiasme appelant à une prise de conscience individuelle et collective salutaire.

  • The edition of Whitman's poems as they were first published is accompanied by an in-depth introduction

  • Vie et aventures de Jack Engle est un roman feuilleton publie´ en 1852, dans le journal new-yorkais The Sunday Dispatch. Ce re´cit retrace l'histoire de Jack, un gamin des rues new-yorkaises recueilli par un marchand ambulant. Quelques anne´es plus tard, son bienfaiteur de´cide de placer le jeune homme chez Cover, un avocat crapuleux, dans l'espoir qu'il fera carrie`re. Or, par un hasard des plus dramatiques, le he´ros se retrouve plonge´ dans le myste`re de ses origines...

    Cette critique sociale sous forme de fiction rend en quelque sorte hommage a` Dickens et a` ses plus grandes oeuvres telles que Oliver Twist et David Copperfield. Ce roman s'ancre dans un genre traditionnel du XIXe : City mysteries.

  • Ces quatre proses furent publiées par Whitman à l'automne de sa vie. Qu'il évoque son passage au Bureau des Affaires indiennes, ses promenades dans Central Park ou les campagnes de l'Est, il nous donne à sentir, dans un style personnel, l'Amérique du Nord de l'intérieur : il « se l'incorpore », selon l'expression de John Burroughs, avant de la « refaçonner en un colossal Whitman ».

  • 'All nations, colors, barbarisms, civilizations, languages...' A selection taken from Walt Whitman's Leaves of Grass Introducing Little Black Classics: 80 books for Penguin's 80th birthday. Little Black Classics celebrate the huge range and diversity of Penguin Classics, with books from around the world and across many centuries. They take us from a balloon ride over Victorian London to a garden of blossom in Japan, from Tierra del Fuego to 16th century California and the Russian steppe. Here are stories lyrical and savage; poems epic and intimate; essays satirical and inspirational; and ideas that have shaped the lives of millions. Walt Whitman (1819-1892). Whitman's works available in Penguin Classics are Leaves of Grass and The Complete Poems .

  • Walt Whitman (1819-1892) s'est imposé comme le « poète américain » en un recueil, Feuilles d'herbe, qu'il n'aura de cesse de remanier et d'augmenter tout au long de sa vie.
    Il en ouvre la première édition, en 1855, par une préface, véritable manifeste et déclaration d'indépendance de l'Amérique littéraire. Il s'empare de la mythologie nationale alors naissante, et écrit, avec son souffle visionnaire, l'idéal américain : il chante la splendeur de la nature et les grands espaces, l'esprit de Frontière, la démocratie, l'individualisme...
    Figure de la marginalité, guide mystique de la Nation, Whitman ouvre ainsi la route aux prophètes de la beat generation.

  • Poète contemplatif mais attentif à son époque tourmentée, Whitman (1819-1892) a été particulièrement sensible à l'horreur de la guerre. Le Panseur de plaies rassemble des textes consacrés à ce thème.

  • Poèmes de Walt Whitman. Version française de Léon Bazalgette. Avec un portrait Date de l'édition originale : 1914 Le présent ouvrage s'inscrit dans une politique de conservation patrimoniale des ouvrages de la littérature Française mise en place avec la BNF.
    HACHETTE LIVRE et la BNF proposent ainsi un catalogue de titres indisponibles, la BNF ayant numérisé ces oeuvres et HACHETTE LIVRE les imprimant à la demande.
    Certains de ces ouvrages reflètent des courants de pensée caractéristiques de leur époque, mais qui seraient aujourd'hui jugés condamnables.
    Ils n'en appartiennent pas moins à l'histoire des idées en France et sont susceptibles de présenter un intérêt scientifique ou historique.
    Le sens de notre démarche éditoriale consiste ainsi à permettre l'accès à ces oeuvres sans pour autant que nous en cautionnions en aucune façon le contenu.

    Pour plus d'informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

  • Pages de journal (4e édition) / Walt Whitman ; version de Léon Bazalgette Date de l'édition originale : 1926 Le présent ouvrage s'inscrit dans une politique de conservation patrimoniale des ouvrages de la littérature Française mise en place avec la BNF.
    HACHETTE LIVRE et la BNF proposent ainsi un catalogue de titres indisponibles, la BNF ayant numérisé ces oeuvres et HACHETTE LIVRE les imprimant à la demande.
    Certains de ces ouvrages reflètent des courants de pensée caractéristiques de leur époque, mais qui seraient aujourd'hui jugés condamnables.
    Ils n'en appartiennent pas moins à l'histoire des idées en France et sont susceptibles de présenter un intérêt scientifique ou historique.
    Le sens de notre démarche éditoriale consiste ainsi à permettre l'accès à ces oeuvres sans pour autant que nous en cautionnions en aucune façon le contenu.
    Pour plus d'informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

  • Representing the letter W in a series of 26 collectible editions this poetry collection, originally published in 1855, celebrates the renowned American poet's philosophy of life and enjoyment of sensual pleasure, considered immoral at the time of its release.

  • En 1855 se publie - dans un pays, qui ne sait pas tout à fait encore lequel il veut devenir - un volume sans origine : dépourvu de nom d'auteur (sans être pour autant anonyme) ; dépourvu de programme de lecture (pamphlet, épopée, programme, essai, fabrique d'un " pré " ?) ; dépourvu même d'une langue et d'une rhétorique stables tant il en fauche et en fane et en vanne, il déroule un texte hybride, balancé en deux parties : l'une, évidemment composée en prose, halète en massifs de paragraphes serrés : l'autre, qui n'est pas en prose, bourgeonne par touffes incalculables,.
    Tantôt s'érigeant sur deux lignes grêles, tantôt ondulant au fil d'une succession de pages selon une forme ni vers ni versets, mais participant presque moqueusement des deux, jusqu'à se déployer parfois, au gré de la tentation foisonnante de l'herbier halluciné, en catalogue moins exhaustif que suggestif de l'ampleur de sa tâche : le tout frappé au coin d'une extraordinaire capacité à instituer précisément son insouci d'une origine autre que celle qu'il sème de soi, et étalé en outre, avec une luxuriante insistance, sous le titre incompréhensible et néanmoins délicieux (ainsi en va t'il souvent de la précipitation du poème) de " Feuilles d'Herbe ".
    C'est la seconde partie de cet ouvrage fou, affolé, buissonnier, qui est ici traduite pour l'éventuel plaisir et l'adhésion éventuelle de son lecteur - auquel il est demandé d'en devenir, autant que le moissonneur d'un temps comme il sied, plus encore l'indéfinie fenaison : dans son pays seul entend en effet, de toujours et à jamais, croître en brassées sans cesse renouvelées le champ de ces feuilles d'herbe.

  • Oeuvres choisies : poèmes et proses (2e éd.) / Walt Whitman ; trad. par Jules Laforgue, Louis Fabulet, André Gide, Jean Schlumberger, Francis Vielé-Griffin ; précédés d'une étude par Valery Larbaud Date de l'édition originale : 1918 Comprend : Walt Whitman : étude Le présent ouvrage s'inscrit dans une politique de conservation patrimoniale des ouvrages de la littérature Française mise en place avec la BNF.
    HACHETTE LIVRE et la BNF proposent ainsi un catalogue de titres indisponibles, la BNF ayant numérisé ces oeuvres et HACHETTE LIVRE les imprimant à la demande.
    Certains de ces ouvrages reflètent des courants de pensée caractéristiques de leur époque, mais qui seraient aujourd'hui jugés condamnables.
    Ils n'en appartiennent pas moins à l'histoire des idées en France et sont susceptibles de présenter un intérêt scientifique ou historique.
    Le sens de notre démarche éditoriale consiste ainsi à permettre l'accès à ces oeuvres sans pour autant que nous en cautionnions en aucune façon le contenu.
    Pour plus d'informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

  • Anglais The complete poems

    Walt Whitman

    In 1855 Walt Whitman published Leaves of Grass, the work which defined him as one of America's most influential voices, and which he added to throughout his life. A collection of astonishing originality and intensity, it spoke of politics, sexual emancipation and what it meant to be an American. From the joyful 'Song of Myself' and 'I Sing the Body Electric' to the elegiac 'When Lilacs Last in the Dooryard Bloom'd', Whitman's art fuses oratory, journalism and song in a vivid celebration of humanity.

  • Poèmes de Walt Whitman. Version française de Léon Bazalgette. Avec un portrait Date de l'édition originale : 1914 Ce livre est la reproduction fidèle d'une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d'une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d'un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l'opportunité d'accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
    Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

    En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d'une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
    Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d'un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d'un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

    Pour plus d'informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

  • Camarade, ceci n'est pas un livre - Qui touche ceci touche un homme.
    Walt Whitman.

    « Il faut que je confesse que moi, un Toscan, un Italien, un Latin, je n'ai pas senti ce que voulait dire la poésie en lisant Virgile ou Dante et encore moins Pétrarque et le Tasse, poètes de luxe et par conséquent plus hommes de lettres que poètes, mais bien en lisant les énumérations puériles et les invocations passionnées du bon faucheur des Feuilles d'Herbe. » Giovanni Papini, Ritratti Stranieri, 1908-1921.

empty