Sigrid Baffert

  • Il ne reste pas grand-chose de la vie de Tiago et de son frère, de P'pa et M'ma, les fermiers Manké. Les Déracineurs ont tout avalé, jusqu'à la moindre parcelle de leur ferme.
    Alors, Tiago et sa famille ont dû prendre la route, sur une carriole de fortune, aux côtés du dernier baoyé, Monsieur B, un arbre aux onze fruits juteux. C'était ça ou crever.
    Mais, sur les chemins de sable rouge, très vite, il faut choisir la bonne direction, lutter contre une faim digne d'un barracuda, marcher et encore marcher. Heureusement, les onze kourés appétissantes et sucrées se balancent aux branches de Monsieur B, pour plus tard.
    Ce matin, une kouré a disparu. Onze kourés moins une. Ça fait peu pour tenir sur la route.
    Surtout que, dans le ciel du désert, des rats plumés lorgnent déjà sur les fruits bleus.

  • Tous les bruits du monde

    Sigrid Baffert

    • Milan
    • 22 Août 2018

    "Calabre, 1905.
    - Tu le tues ou je te tue, avait dit le vieux Fernando Mancini à sa fille..." C'est ainsi que débutent les aventures de Graziella, une jeune fille de 16 ans "déshonorée" par le garçon qu'elle aimait.
    Un beau roman de style classique, au souffle romanesque et palpitant.

  • Mémé Victoire, l'arrière-grand-mère d'Igor, fête ses 102 ans ! Pour l'occasion, elle invite toute la famille à T oulouse et fait la connaissance de Jaya, la nouvelle compagne de Vincent, et de sa fille Souky. En apprenant que la fillette rêve de devenir astronaute, elle grimpe sur sa mémémobile et entraîne les enfants à la Cité de l'Espace, où Igor et Souky observent de vrais engins spatiaux, voyagent aux confins du cosmos et découvrent le quotidien d'un astronaute à bord de l'ISS.
    En filigrane, l'histoire de cette famille recomposée se renforce. Souky, qui a presqu'un siècle d'écart avec son arrière-grand-mère d'adoption, partage le même caractère d'exception. Peut-être réalisera-t-elle le rêve de Mémé Victoire qui, à son époque, n'a pu devenir astronaute...

  • Décembre.
    A la soirée costumée du 31 avec les Cerises, Amos arrive en Edward aux mains d'argent. Des cisailles à la place des doigts. Effet garanti. Et avec l'alcool, c'est la porte ouverte, à tous les excès... Mais Amos n'est pas le seul à déraper. Les Cerises semblent s'être mis d'accord pour péter les plombs ce soir-là.

  • Ève visa sa silhouette dans le miroir et appuya rageusement sur le bouton de l'obturateur comme on presse l'index sur la gâchette. Éclair de flash. "Je ne suis pas propriétaire de ce corps, se dit-elle. Une locataire prisonnière, mais, un jour, je me ferai la malle"».

    Suite à une allergie médicamenteuse, Ève a vu son organisme se dérégler en quelques mois. À 17 ans, 75 kilos pour 1,57 mètre, c'est beaucoup trop. Pour tenter de corriger cette équation boiteuse, la jeune fille se rend dans un centre de cure thermale accompagnée de sa mère. Séances de massage, douches à jets, repas allégés, le quotidien des curistes est un véritable parcours du combattant. Malgré ce corps qui l'emprisonne, Ève retrouve sa légèreté auprès de Luc, l'étrange «croqueur», et de Romain, qui lui fait découvrir l'apesanteur...

  • Le choc est terrible pour aubin.
    Sa mère vient de se donner la mort. pourquoi ce geste ? aubin cherche obstinément à comprendre. la clef ne serait-elle pas entre les mains de celui qu'il appelle " le vieux ", et à qui il n'adresse plus la parole depuis des années ? aubin soupçonne " le vieux " d'être le gardien d'un lourd secret de famille. le hasard met sur leur route la mystérieuse hanna. cette rencontre décisive permettra au grand-père et au petit-fils de se connaître.
    La vie reprendra-t-elle son cours à la lunegarde?.

  • Novembre.
    Pour Amos, un mois pour trouver une solution. Un mois pour trouver une solution à l'exil au Québec. Un mois pour dire au revoir et s'inventer des souvenirs inoubliables avec les blue Cerises. Et puis, incroyable hasard, Olivia semble resurgir du passé...

  • Virgil est un adolescent américain comme les autres, jusqu'au jour où il perd connaissance lors d'une compétition de natation et qu'il apprend que son père n'est pas son père, mais un donneur anonyme, et qu'en plus, cet illustre inconnu lui a laissé en cadeau une terrible maladie, la maladie du Coeur de Verre. Frustré, en colère, Virgil cherche à savoir s'il a des demi-frères et soeurs sou¢ rant du même mal. Il les retrouve dans un hôpital pour une batterie de tests et rencontre notamment Meltem, le petit Nobel et son frère Julius. Face à un avenir incertain, ils vont nouer de vrais liens fraternels. Et ensemble, trouver certaines réponses à leurs questions. Un roman fort sur un thème d'actualité qui fait débat, la procréation médicale assistée (PMA).

  • Chaque matin, au réveil, Élisa s'attend à retrouver la maison à l'envers, les meubles déplacés, les placards chahutés ou encore la baignoire remplie à ras bord, comme c'est arrivé la nuit dernière. Pour Élisa, c'est sa grand-mère Rose qui est responsable de ce grand bazar. Car Rose fait des choses absurdes depuis quelque temps, comme ce rendez-vous pris chez un chirurgien esthétique pour changer de tête. À son âge ! Est-ce qu'elle ne serait pas plutôt en train de la perdre ? Obsédée par cette idée, Élisa se met à faire des rêves étranges, à ressentir des sensations bizarres. Elle est hantée par une ombre. Une ombre de trop. Alors, qui est la plus perturbée dans cette histoire, Rose ou Élisa ?

  • Octobre; Les vacances. Pour Amos, le temps des questions. Qui est ce débile qui le harcèle au téléphone ? Comment s'y prendre avec Lucas, le nouveau du tir à l'arc ? Et puis, qu'est-ce qu'il irait bien faire au Québec ? Surtout sans les cerises.


  • j'ai le sentiment que ma vie d'entre-deux, d'entre-deux mères, d'entre-deux pères, n'est qu'attente, une attente infiniment recommencée, j'attends une lettre de ma mère, j'attends un appel de mon père, j'attends le prochain week-end, j'attends de grandir, j'attends le train de 18 h 14, j'attends d'être de l'autre côté, j'attends les yeux rivés sur le futur, impossible présent ; je suis déjà dans l'après, demain, après-demain, l'année prochaine, quand je serai grande, plus tard, j'attends.


  • La réputation de la collection "J'accuse !", créée par Charlotte Ruffaut en 1992, tient d'abord à son caractère unique dans l'édition. Elle est en effet la seule à interroger de façon systématique et sans concession, les problèmes humains sans doute les plus graves du monde contemporain. Centré sur un thème lié au déni des droits des êtres humains, chaque titre s'articule aujourd'hui autour du binôme témoignages et documents.

  • Edgar, ce qu'il aime, c'est s'asseoir sur un banc après l'école, seul, face à la mer, et regarder. Là, on est tranquille. Aucun risque que la maîtresse nous crie dessus, ou que la petite soeur mange nos leçons. Un jour, un oiseau vient se poser près d'Edgar sur le banc et se met à lui parler. Et ce n'est pas n'importe qui : c'est Krol, un fou de Bassan. Krol aussi aime le calme, et rester à l'écart du groupe. Or bientôt, il a un service très important à demander à Edgar. Il a besoin qu'on lui écrive une lettre. Mais rendre service à un fou, est-ce bien raisonnable ? A partir de 7 ans.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Pars en balade avec Igor et Souky pour découvrir les trésors, richesses et sites remarquables du Grand Paris ! A leurs côtés, tu visiteras : - la tour Eiffel - le zoo de Paris - les égouts - l'Opéra Garnier - le Centre Pompidou - le château de Versailles

  • Au sommet d'une haute montagne, Krol découvre d'étranges oeufs géants. Si le fou de Bassan est si loin de la mer, c'est pour son ami Edgar, le petit garçon qui sait si bien scruter. Mais rien ne se passe comme prévu : le vautour qui vit là se moque de lui, Krol affamé se demande où trouver du poisson et Edgar n'est pas là. D'ailleurs, après tout ce temps, il a sûrement changé. Il l'a peut-être même oublié...

  • À la surface du ventre bleu de la mer, l'heure est grave. Une Chose dure comme un coquillage géant et pourtant molle comme des algues, flotte. Il y a un truc qui cloche. Un gros truc qui cloche et qui, pour une fois, ne coule pas.
    Pourtant, Mo, Saï et Vish en ont vu des choses tordues et bizarroïdes tombées du ciel sur leurs têtes de pieuvres.
    Mais une Chose comme celle-là, jamais.
    En plus, il semble y avoir une surprise vivante à l'intérieur. Pire, cette Chose est presque aussi grosse que Krakenko, l'orque ogresse. Pire du pire, la Chose a une bouche, et probablement une petite faim.
    Un Tcha-kou-tcha d'urgence s'impose avec les anémones albinos, le crabe cornu et toute la colonie des crevettes bouffies. Les questions fusent dans l'Antre. Et si la réponse se trouvait dans le MéHéHéHé ?

  • Ne plus voler, c'est ce qui peut arriver de pire à un fou. À part se faire manger, bien sûr. Alors que Krol est échoué sur le rivage, une paire de bottes jaunes approche en sautillant. Oona et son grand-père emmènent Krol blessé chez eux, dans leur maison loin de tout. Est-ce un piège ou une chance ? A partir de 8 ans.

  • Darius et Greta, jeunes amoureux insouciants, couturiers de leur état, sont forcés de quitter leur Garbo natale et de s'exiler outre-atlantique, pour fuir la dictature montante. Le vieil Oncle Raskine les accompagne, son imposant Manteau-métaphore sur le dos. Au fur et à mesure des sacrifices, des changements, des compromis nécessaires pour s'adapter au nouveau Monde et aux temps qui changent, le manteau deviendra tour à tour veste, blouson, cravate,... jusqu'à finir en doudou pour la fille du fils de Darius et Greta.
    La musique, très "Nouvelle Orléans", jazzy mais teintée d'inspirations tsigane et klesmer fait danser les époques, les couleurs... Valse des générations, créativité toujours réinventée, transmission des racines familiales... plus qu'un exil, c'est un voyage de tous les sens.
    />

  • L'Opéra Garnier ? Souky le connaît comme sa poche, sa maman y travaille ! C'est donc sans attendre Jeanne, chargée de les faire visiter, que Souky entraîne Igor derrière elle. Très vite, la fugue se transforme en cavale : Igor en est sûr, il a aperçu une sorcière rousse à leurs trousses ! Les voilà qui empruntent le grand escalier de marbre, pénètrent dans la salle aux 2 000 places, se glissent dans les coulisses et son incroyable machinerie à décors, dévalent les 5 sous-sols hantés par le fantôme de l'Opéra, ouvrent des yeux écarquillés au milieu du grand foyer, rejoignent l'atelier de couture, avant de gagner les salles de répétition, où se joue. Hansel et Gretel, avec son ballet de sorcières !
    L'e rayante sorcière n'était-elle en fait. qu'une danseuse étoile ?

empty