Antonio Altarriba

  • En venant au monde, Petra, la mère de l'auteur, tue sa propre mère. Cette mort en couches est le drame fondateur de sa vie. Dès sa naissance, elle est molestée par un père qui la tient pour fautive de ce « meurtre ». Elle vouera pourtant, durant toute son enfance, une dévotion sans borne à cet homme brutal et dépressif, à la fois barbier, marchand de tabac, infirmier, auteur de pièces jouées sur les places de village. Maltraitée, exploitée par le reste de sa fratrie, finalement violée, Petra part en ville se placer comme femme de ménage chez le gouverneur militaire de la région de Saragosse. Là, son dévouement et sa discrétion lui valent rapidement du galon. La voici gouvernante de ce notable, royaliste violemment opposé au régime de Franco, un autre paradoxe espagnol.
    C'est une jeune fille pimpante, mais cachant un profond dégoût des hommes, qui épouse finalement Antonio Altarriba Senior, le père de l'auteur. Lequel verra en sa mère une femme craintive et froide, meurtrie par un pays où le machisme sévit sans retenue, réfugiée dans la plus obtuse des ferveurs religieuses. Il devra attendre les derniers instants pour découvrir, sur le lit de mort de Petra, l'impossible secret de son aile brisée, écho déchirant au désir de voler contrarié de son mari, qui dessine d'elle un portrait bien différent de celui qu'il imaginait.

  • Moi, fou

    ,

    Après Moi, assassin, Grand Prix de la Critique ACBD 2015, le duo Altarriba-Keko poursuit sa « Trilogie du Moi » avec Moi, fou. Où le premier livre s'intéressait à l'imposture morale et artistique, celui-ci se penche sur l'imposture scientifique.

    Angel Molinos, docteur en psychologie et écrivain, basé à Vitoria comme le héros de Moi, assassin, travaille pour l'Observatoire des Troubles Mentaux (OTRAMENT), un centre de recherche affilié aux Laboratoires Pfizing de Houston, qui suit l'évolution des maladies mentales et teste de nouvelles molécules sur des patients affectés de symptomatologie atypique. La mission d'Angel est d'identifier de nouveaux profils « pathologisables » afin de créer des maladies inédites et d'aider Pfizing à élargir sa gamme de produits. Un jeu d'enfant pour un psychologue aux velléités littéraires. Il travaille actuellement sur le « syndrome de Thersite » (l'effroi de sa propre laideur) et le « syndrome de la Marâtre » définissant ceux qui se pensent les plus beaux.
    Récemment, les nuits d'Angel sont hantées de cauchemars terrifiants, qu'il consigne dans son « cahier de rêves » dans l'espoir de découvrir leur signification. Un message de son frère lui annonçant l'expulsion de leurs parents de la maison familiale aggrave les choses. Angel doit retourner dans son village natal, que des soupçons d'homosexualité l'ont obligé à quitter à l'âge 16 ans, trente-huit ans plus tôt. Il retrouve son père Alzheimer et renoue avec l'homme qui l'a initié à l'homoérotisme, devenu curé de la paroisse.
    Angel comprend que son métier est lié à ce trauma de jeunesse. Il crée des catégories d'« anormalité mentale » pour se venger de l'étiquette homosexuelle qui a bouleversé sa vie. Revenu à Vitoria, il décide de rallier la cause de son collègue Narciso Fuencisla, qui veut dénoncer les pratiques d'OTRAMENT. Mais Narciso a disparu sans laisser de trace.
    La main coupée dans un gant de cuir noir qu'Angel trouve devant sa porte n'arrange pas son état. Ses employeurs auraient-ils décidé de se débarrasser de lui ? L'inventeur de fausses folies serait-il en train de devenir fou lui-même ?
    Cette histoire de multinationales découpant nos vies et nos psychés pour optimiser leurs profits pourrait se dérouler n'importe où, mais ses tonalités politiques ajoutent un volet au portrait sans concession de son Espagne contemporaine qu'Altarriba trace de livre en livre. Et la mystérieuse ville basque de Vitoria, au centre de sa « Trilogie du Moi », devient pour lui ce que Dublin fut pour Joyce ou Providence pour Lovecraft, le lieu mythique d'où sourdent toutes les peurs, tous les fantasmes, toutes les hantises qui habitent ses héros.

  • Enrique Rodriguez Ramirez est professeur d'Histoire de l'Art à l'université du Pays Basque (où Altarriba a enseigné la littérature française). A S3 ans, il est à l'apogée de sa carrière.
    Sur le point de devenir le chef de son champ de recherches, en proie aux rivalités académiques, il dirige un groupe d'étude intitulé: "Chair souffrante, la représentation du supplice dans la peinture occidentale." Bruegel, Grünewald, Goya, Rops, Dix, Grosz, Ensor, Munch, Bacon sont ses compagnons de rêverie et la matière de son travail.
    Mais sa vraie passion, dans laquelle il s'investit à plein, est plus radicale : l'assassinat considéré comme un des Beaux-Arts. Enrique profite des congrès, concours, jurys, pour commettre des meurtres sans mobile, sans autre visée qu'esthétique. Chacun constitue une performance, inspirée d'une technique picturale particulière. Ils jalonnent une impeccable carrière d'artiste-assassin jamais inquiété par les autorités. Or, voici que cet homme au dessus de tout soupçon se trouve impliqué dans le meurtre d'un de ses principaux rivaux, inspiré d'un des Caprichos , la suite de gravures de Goya. Meurtre qu'il n'a bien sûr pas commis. Une partie difficile s'engage pour le serial-killer, dont l'imposant cursus de 34 morts doit impérativement être protégé des curiosités de la loi...

  • Ce livre est né d'un fait réel : le suicide d'Antonio Altarriba Lope, qui, le 4 mai 2001, âgé de 95 ans, se jeta du quatrième étage de la maison de retraite où il vivait ses derniers jours. Au crépuscule d'une existence de tribulations et de désillusions, il fit le grand saut pour enfin voler librement. Son fils, Antonio Altarriba, a retrouvé les carnets où il avait consigné les détails de sa vie et s'en est inspiré pour écrire cet étonnant roman [bio]graphique.
    Cadet d'une famille rurale, Antonio Altarriba Lope naît à l'aube du XXe siècle à Penaflor, un petit village près de Saragosse. Sa soif d'apprendre le distingue de ses frères et des garçons de sa génération. Son voeu le plus cher est de quitter ce monde misérable pour les lumières de la ville. Il rejoint dans la tourmente la cohorte des humiliés, ces millions d 'Espagnols sans travail, sans pain, sans toit, les perdants, les vaincus qui subiront toutes les violences de l'Histoire la fin de la dictature de Primo de Rivera, la chute de la monarchie, la Seconde république, la guerre civile, le régime franquiste, l'exode de la Retirada, la nouvelle monarchie, la transition, jusqu 'aux années Aznar... Une vie tissée d'espoir, de luttes, de défaites, d'efforts et de privations. Altarriba Lope connaîtra le pain noir des sans- terre, fuira l'enrôlement forcé dans les rangs nationalistes, errera dans la France vaincue, luttera contre les Allemands dans la Résistance pour finir par revenir dans l'Espagne de Franco, ajoutant à ses souffrances la mortification de l'exil intérieur...

  • Moi, menteur Nouv.

    Adrián Cuadrado est conseiller en communication du Parti Démocratique Populaire, force dominante de l'échiquier politique espagnol vouée à la corruption, aux magouilles financières, aux coups tordus, à la manipulation des consciences et des suffrages. Roi du storytelling, Adrián est l'un de ces spin doctors chargés de produire la lumière qui illuminera le meilleur profil d'un candidat, en fera un produit désirable pour les électeurs. Menteur par vocation, par profession et par nécessité conjugale, il est l'heureux détenteur d'une double vie, entre son épouse et ses deux enfants à Vitoria, et sa maîtresse torride à Madrid. Pour l'heure, sa mission est de faire entrer dans le grand bain national le jeune élu local Javier Morodo, dont l'homosexualité assumée offrira un gaywashing au Parti, trop longtemps accusé d'homophobie. Tâche élémentaire pour Adrián, que vient compliquer la découverte inopinée de trois têtes coupées de conseillers municipaux artistement conservées dans des bonbonnes en cristal. Qui est derrière ces meurtres baroques ? Quel lien les rattache à une opération autour des palais en ruine qui constellent la cité basque ? Soudain, la vie d'Adrián l'imposteur se détraque, menaçant de faire mentir sa devise, selon laquelle « le menteur est un dieu dont le verbe crée des mondes ».

    Avec ce tome ultime, la très sombre « Trilogie du Moi » acquiert sa dimension finale. Celle d'une ode lovecraftienne à la ville où l'auteur vit depuis des décennies, où tous les fils se nouent, toutes les trajectoires se recoupent, tous les conflits se terminent (mal le plus souvent) pour tracer le portrait d'une Vitoria noire, gothique, mythique. Celle aussi, majestueuse, d'une cathédrale de papier dédiée à nos modernités perturbées.

  • L'épopée espagnole ; intégrale Nouv.

    Depuis la parution en 2011 de L'Art de voler dans la collection Denoël Graphic, les lecteurs conquis réclament souvent une édition de plus grand format qui rendrait mieux justice au travail graphique de Kim et autoriserait une lecture plus confortable des textes, souvent copieux. Considérant que ce titre, avec sa suite, L'Aile brisée, constitue désormais l'un des classiques modernes de la bande dessinée mondiale, nous avons décidé à la faveur de ce dixième anniversaire de satisfaire cette requête. Voici donc, rassemblés en un seul volume relié de 500 pages, d'un format supérieur aux parutions originales, les destins symétriques d'Antonio Altarriba père et de son épouse Petra, qui donnèrent naissance à Antonio Altarriba fils, l'auteur. Côte à côte, ils tracent une formidable fresque espagnole, l'épopée de ces sans-grade qui traversèrent avec une bravoure et une dignité désormais inconnues sous nos latitudes un siècle noir de guerres civile et mondiale, de souffrances, de privations, d'humiliations et d'espoirs jamais vaincus. Cet omnibus constitue en quelque sorte l'édition de bibliothèque définitive d'un diptyque dont se sont emparés aussi bien les lecteurs européens que les instances universitaires.

empty