Cercle D'art

  • Basquiat

    Collectif

    Depuis la mort de jean-michel basquiat en 1988, l'intérêt suscité par son oeuvre ne s'est jamais démenti, tant du point de vue du marché (il est toujours aujourd'hui l'un des artistes les plus chers du monde) que du point de vue de l'histoire de l'art, et même de l'histoire tout court.
    C est que, au-delà de son aventure personnelle, celle d'un météore qui a traversé et conquis le champ de l'art en huit courtes années, il aura, selon l'heureuse expression de bernard millet, " laissé un signe, une parole, une écriture terrifiante et implacable qui ne cesse de raconter des faits de civilisation [...] " cinquante-sept reproductions en grand format et en couleurs invitent à un parcours passionnant dans l'univers de basquiat.
    Un texte clair et précis i situe son oeuvre dans le xxe siècle, montre ses principales découvertes et raconte l'histoire de sa vie.

  • Van gogh

    Collectif

    Soixante-deux oeuvres et documents reproduits en grand format invitent à un parcours passionnant dans l'univers de van gogh.
    Un texte clair et précis situe son oeuvre dans le xixe siècle, montre ses principales découvertes et raconte l'histoire de sa vie.

  • Surrealisme

    Collectif

    " Un dada, vous savez cette engeance qui n'a que l'injure à la bouche, pour laquelle tout ce qui est sacré est vaut de vivre (ou bien la mort) n'est que dérision, imposture, hypocrisie.

    Cette engeance, André Breton, Paul Eluard, Philippe Soupault, Robert Desnos, Roger Vitrac, Picabia, se déplaçant par bande comme des poissons de proie, au milieu des gens qui comme les sardines vont par bancs, par chars à bancs, par banquettes entières, bien préssées, confortables, au chaud. Cette clique multipliant les claques et les scandales, cette troupe, toujours attroupée, ameutant, gesticulant. Les surréalistes enfin." Claude Roy, extrait de Aragon, Seghers, 1946

  • Renoir

    Collectif

    Cinquante-six chefs-d'oeuvre reproduits en grand format et en couleurs invitent à un parcours passionnant dans l'univers de pierre-auguste renoir.

    Un texte clair et précis situe son oeuvre dans le xixe siècle, montre ses principales découvertes et raconte l'histoire de sa vie.

  • Peter Stämfli est né en Suisse en 1937. Il est proche du Pop Art et compagnon de route, en France, des artistes de la Figuration Narrative, crée en 1964. Il a représenté la Suisse à la biennale de Venise en 1970. En 1985, pour la Biennale de Middelheim, à Anvers, il réalise le prototype d'une sculpture de 30 m de long - empreinte de pneu enfoncée dans le sol - dont la version définitive sera acquise par le Fonds départemental d'art contemporain du Val-de-Marne. En 2008, il crée avec sa femme Anna-Maria, la Fundaciò Stämpfli à Sitges (Espagne), un centre d'art contemporain réunissant les oeuvres d'artistes contemporains des années 60 à nos jours.

  • Yves Dana

    Vasseur/Dana

    Cinquante-cinq chefs-d'oeuvre reproduits en grand format et en couleurs invitent à un parcours passionnant dans l'univers d'yves dana.
    Un texte accessible, clair et précis commente son oeuvre.

  • Cezanne

    Collectif

    Soixante et une reproductions en grand format et en couleurs invitent à un parcours passionnant dans l'univers de paul cézanne.
    Un texte clair et précis situe ses oeuvres dans le xixe siècle, montre ses découvertes et raconte l'histoire de sa vie.

  • Degas

    Collectif

    Degas n'eut de cesse de rechercher les expressions nouvelles et multiplia les expériences techniques. Si bien que le Degas tardif n'est en rien moins innovateur que ne le fut le jeune artiste ambitieux et pas moins génial que le maître de la maturité. Parmi les peintres, seuls Titiens et Picasso semblent avoir réuss, comme Edgar Degas, à maintenir ainsi au plus haut niveau leur créativité.

  • Balthus

    Collectif

    Cinquante-neuf chefs-d'oeuvre reproduits en grand format et en couleurs invitent à un parcours passionnant dans l'univers de balthus.
    Un texte clair et précis situe son oeuvre dans le xxe siècle, montre ses principales découvertes et raconte l'histoire de sa vie.

  • Trouver une approche qui ne soit pas la pure et simple redite des nombreux livres déjà disponibles - et dont certains sont excellents - consacrés à Rodin. Trouver une approche originale, nouvelle, fondamentale et accessible. Le livre s'emploie donc à explorer les paradoxes qui entourent Rodin et son oeuvre, et à fournir des clés d'accès à ses grandes oeuvres (sculptées et dessinées notamment). Bien sûr la vie de Rodin est présentée dans ses séquences et toutes ses dimensions (y compris celle de ses relations passionnées, tumultueuses et finalement malheureuses avec son " assistante " elle aussi géniale, Camille Claudel).

    Un livre pour aider le lecteur à pénétrer dans les " secrets de fabrication " d'un immense sculpteur au génie protéiforme et d'une étonnante diversité.

  • Henri Rousseau est né à Laval le 21 mai 1844. En 1871 il est employé de l'octroi de Paris (et non douanier). Il commence à exposer au deuxième Salon des Indépendants en 1886 et en sera depuis lors un fidèle habitué. utodidacte, il n'a aucune idée de ce que ce salon représente, pas plus qu'il n'a conscience de la tradition, cette norme mourante de l'art dont la fin est ce qui lui permettra de percer. Le Douanier Rousseau apporte à la peinture moderne une innocence picturale sans précédent. Il donne naissance sans le vouloir à toute une catégorie nouvelle de la peinture : les peintres naïfs.


  • soixante douze reproductions en grand format et en couleurs invitent à un parcours passionnant dans l'univers de la figuration narrative.
    un texte clair et précis évalue le sens et la portée des créations artistiques qui ont été engendrées par cette effervescence intellectuelle.

  • Une peinture de Jean Couty est toujours maçonnée dans une pâte dense, magnifiée par une palette aux harmonies savantes. De ses pigments précieux jaillit la lumière comme un chant d'espérance. Ce sens de la couleur le conduit à des audaces qui lui font retrouver les stridences fauves, celles d'un sensualisme à l'unisson de sa capacité à goûter à la saveur des choses de la terre. Par ses moyens plastiques, il appartient à la grande tradition picturale.
    Couty ne cherche pas à photographier la réalité, chacune de ses toiles exprime au contraire son désir de dépasser la simple reproduction matérielle, et le tableau n'est jamais pour lui le fruit d'un esthétisme désincarné. Il ne fait pas l'art pour l'art, il représente ce qu'il peint pour le faire « voir en profondeur ».

  • Béatrice Englert peint sans modèle de multiples têtes, en puisant inlassablement autour d'elle et dans son passé, le souvenir d'autant de profils entrevus, réinventés et sertis sur des supports marbrés et embrumés. Dans sa production la plus récente apparaît ce tour de main particulier qui courbe et enroule la forme sur la compartimentation rigoureuse qui structure toujours ses toiles. Réceptacle des replis enfouis de nos semblables, son oeuvre nous dit avec pudeur et fermeté des choses essentielles sur la nature humaine.

  • Dalí

    Collectif

    En dehors de ce personnage médiatique haut en couleur que salvador dali s'est construit et a imposé au monde, il reste une oeuvre beaucoup plus riche et plus complexe qu'il n'y paraît à première vue.
    Dali est un dessinateur très habile et un peintre académique consommé, mais ce n'est cependant pas tant dans la technique picturale proprement dite que se situe la grande nouveauté de son apport à l'art du xxe siècle, mais bien plutôt dans l'étonnante capacité de l'artiste à inventer des images.
    Soixante-treize reproductions en grand format et en couleurs invitent à un parcours passionnant dans l'univers de dali.
    Un texte clair et précis situe son oeuvre dans le xxe siècle, montre ses principales découvertes et raconte l'histoire de sa vie.

  • Cinquante-six chefs-d'oeuvre reproduits en grand format et en couleurs invitent à un parcours passionnant dans l'univers de Wang Yan Cheng.
    Un texte accessible, clair et précis commente son oeuvre.

  • Prix de Rome en 1953, André Brasilier s'inscrit dans une tradition de la peinture française. Peintre de la mesure et de la lumière, il entretient depuis l'École des beaux-arts un dialogue incessant avec les maîtres, au Louvre comme dans les musées qu'il découvre lors de ses nombreux voyages. Sa démarche créatrice donne la priorité au sujet, pour une réflexion picturale en attente de propositions plastiques constamment renouvelées.
    Sa terre natale angevine, Vallauris et le golfe de Juan-les-Pins, Loupeigne-en-Tardenois, sont autant d'ateliers pour André Brasilier qui y développe les thèmes récurrents du cheval, et celui, emblématique, de Chantal, son épouse, incarnation de la femme intemporelle et éternelle.
    En profonde osmose avec la nature, il y puise l'essentiel de son langage servi par une palette fervente identitaire (les bleus, les verts, le rose) et un dessin ajusté au plus près de sa sensibilité. L'ivresse secrète devant les magies orchestrées par les beautés naturelles déclenche une vision élégiaque, ravivée par les complémentaires, jaune et vert, pour des épousailles sonores, auxquelles est particulièrement attentif André Brasilier, grand amateur de musique.
    Ces équivalences plastiques et chromatiques sont au coeur de sa peinture.
    Dans sa quête inlassable d¹un humanisme fusionnel, Brasilier s'attache à rendre visible l'invisible.
    « J'aime peindre la figure humaine. Selon moi, on mesure l'importance d'un peintre à sa capacité à traiter cette figure humaine. Regardez à quel point la « figure » a permis à des peintres comme Picasso, de Staël ou Bacon de se placer au-dessus de leurs contemporains. J'aime avant tout la vie et sous toutes ses formes. Je ne suis absolument pas un peintre réaliste.
    « J'aime que les choses soient suggérées, et même qu'elles paraissent mystérieuses. J'ai l'esprit qui simplifie. J'essaie toujours de donner la quintessence avec peu d'effet, de dire beaucoup avec peu, à la manière des artistes japonais qui se concentrent sur le dépouillement.Si la composition est à la base même de toute peinture, au final, elle doit se faire oublier, le public ne doit pas la remarquer.» " La peinture de Brasilier rend visible le monde tout comme elle visualise le monde cachée de la réalité. La démarche du peintre se nourrit des lois de la matérialité et trouve la voie de l'invisible et le chemin du divin.
    Avec la fresque (25x 8 m) de l'Église Saint-Blaise de Pompadour récemment inaugurée, André Brasilier est parvenu à la beauté par l'harmonie des formes et de la couleur. Une beauté correspondant à la pensée humaine dont toute sa peinture est une transcription éloquente pour le plaisir des yeux et l'élévation de l'âme». Lydia Harambourg

  • Shingu

    Bernard Vasseur

    Soixante-douze chefs-d'oeuvre reproduits en grand format et en couleurs invitent à un parcours passionnant dans l'univers de susumu shingu.
    Un texte clair et précis situe son oeuvre dans les xxe et xxie siècles.

  • La variété, la complexité et les paradoxes de la démarche de Giorgio de Chirico ont souvent empêché ses contemporains de le situer correctement dans l'art du XXe siècle. Aujourd'hui avec le recul, on mesure mieux ce qu'il en est de sa « vision métaphysique », de ses relations au surréalisme et de la signification du retour au classicisme qu'il prônait dès la fin de la Première Guerre mondiale. Par la révélation de la peinture métaphysique, De Chirico découvre en quelque sorte l'essence de l'art : produire « ce [merveilleux] sentiment de regarder les choses pour la première fois ».

empty