Argol

  • Né de la rencontre - pas du tout fortuite - entre le photographe Bernard Plossu depuis longtemps apprécié par les deux écrivains, sa série de photos de chambres d'hôtel, (Palerme et Gênes) a donné vie à ce livre à trois « voix ». Chacun d'eux a écrit en vis à vis de chacune des photos un petit texte fictionnel formant une sorte de récit énigmatique. Le livre se compose donc de deux parties : « Palerme Fonction Silence » de Liliane Giraudon et « Gênes Fonction Basilic » de Jean-Jacques Viton.

  • Entre l'oeuvre d'un écrivain et celle d'un artiste plasticien, des connivences, des croisements, parfois existent. C'est le cas de Nathalie Quintane et d'Alain Rivière. Alain Rivière, qui refuse la posture d'artiste, excite l'écriture de Nathalie Quintane, son jeu avec les idées et sa jonglerie avec humour sur le fil de la littérature. Elle retrouve en lui sa façon de « donner l'embarras de pensée (le sien, le nôtre, le leur) à voir, le placarder, l'afficher en l'état, sans souci d'embellissement (...) par littérature on entendra l'art d'assembler les manches pour se faire un manteau
    et non celui de se réveiller les deux bras dans la même manche...».

  • Sommes

    Adely/Opalka

    (.) « il y a 1 Française (F23, f11, P23 - elle est née le 13/5/59, elle a 50 ans, elle s'appelle Claudine O., elle est chanteuse, elle a fait deux albums qu'elle a produits grâce à un label indépendant, elle a vendu le premier à 1 323 exemplaires, le second à 932 exemplaires (total ventes : 2 255), elle a fait plusieurs radios locales, elle est aussi passée sur Fip, elle se demande si elle doit essayer de tenter « Incroyables talents », comme Susan Boyle qui vient, elle, de perdre en Angleterre, elle n'a pas envie de perdre), il y a 1 Français (F24, h13, P24 - il est né le 13/7/66, il a 42 ans, il s'appelle Marc P., il est peintre-décorateur, il excelle dans la reproduction de trompe-l'oeil, animaux, bateaux et sujets marins, bords de mer ou de rivière » E.A.



    Ainsi il y a 228 personnes. Il ne s'agit pas de retracer 228 biographies mais d'écrire et d'incarner une mathématique. En cela, Sommes se veut et est une fiction qui entre dans l'unicité du chiffre 1, le premier tracé et peint, et donc un rebond et un écho au travail d'Opalka, mais donc aussi un texte de théâtre, et donc aussi un poème, et donc aussi un tombeau : un compte à rebours.

empty