Sylvie Neeman

  • Ca y est. Je les entends. C'est eux. Je suis sûre que c'est eux. Je ne les vois pas, mais je les entends. Où sont-ils ? Combien sont-ils ? Cent ? Mille ?
    (...) » Mais de qui parle-t-on ? De qui peut bien avoir peur cette belle jeune femme aux cheveux roux et à la jupe bleue à pois jaunes ? D'animaux fantastiques et effrayants ? De monstres sanguinaires ? De loups à poils verts et aux griffes acérées ? D'ogres immenses et affamés ? Et d'ailleurs qui est-elle cette jeune femme ? Pourquoi estce qu'elle reste là au lieu de fuir ? Ou de se cacher ?
    Un album jubilatoire sur la rentrée scolaire vue par l'institutrice.
    Un concentré de bonne humeur et de drôlerie.
    Un album qui devrait rassurer les enfants et les aider à aborder en toute sérénité la nouvelle rentrée des classes!

  • Mathias s'est levé très tôt ce matin car aujourd'hui est un jour particulier. C'est le jour où les enfants de l'école vont découvrir des métiers. Jonas, le voisin, vient chercher le petit garçon pour l'emmener à l'aéroport où il travaille. Mais en quoi consiste le travail de Jonas ? Est-il pilote ? Aiguilleur du ciel ? Pas du tout, Jonas fait peur aux oiseaux. Car les volatiles peuvent être dangereux pour les avions... Il faut les effrayer, les faire quitter la piste avant tout décollage. Mais en chemin, Jonas et Mathias trouvent un petit oiseau, tout petit, qui s'est cogné à une fenêtre. Pas question de le laisser là...
    Et Jonas viendra-t-il dîner à la maison ce soir ? Un nouveau papa, pourquoi pas ?

  • « Quand un apiculteur meurt, il faut le dire à ses abeilles. Si on ne leur dit rien, elles ne comprennent pas ce qui se passe (.). Elles volent dans tous les sens, elles sont perdues, énervées aussi. » Avec tendresse et poésie, Sylvie Neeman évoque ici un sujet difficile, celui de la mort, de l'absence, de la douleur et du manque. Un très beau texte magnifiquement illustré par les photographies douces, pudiques et talentueuses de Nicolette Humbert.

  • Corinna Bille arrive dans une petite ville du bord du lac Léman pour y séjourner trois semaines et écrire. Une halte bienvenue pendant laquelle elle se souvient de son enfance merveilleuse, avec ses cinq frères et soeurs, dans la maison familiale, une immense bâtisse affectueusement baptisée le Paradou.
    Dans ce récit écrit à la première personne par Sylvie Neeman, grande amoureuse de l'oeuvre de l'écrivaine et admiratrice de la femme libre qu'elle était, le lecteur entre dans l'intimité de Corinna Bille sur la pointe des pieds. Sylvie Neeman a su capter l'âme de Corinna qui gardera tout au long de sa vie la capacité d'enchantement et d'étonnement de l'enfance.

  • Un petit et un grand dialoguent. Le petit aimerait faire quelque chose de grand mais pas grand comme une montagne, «. c'est tout de même trop grand », pas grand comme un éléphant,. « c'est trop gris », mais grand comme un phare avec de la mer et de la lumière «. mais pas tout à fait quand même ». Le grand propose au petit une promenade en bord de mer, histoire de réfl échir. Un dialogue savoureux où le petit peine à exprimer clairement ce qu'il aimerait et où le grand tente de deviner ses désirs. Une réfl exion sur la grandeur de nos actes qui réside parfois dans nos plus petites actions faites sans vraiment y penser.

  • Tina travaille sur un bateau ; elle range les cabines, elle fait les lits, elle lave les fenêtres.
    Parfois les cabines n'ont pas de fenêtre, alors Tina accroche au mur une grande photo où on voit la mer et le ciel ; c'est presque pareil. Tina a un amoureux ; il est cuisinier. Toute la journée, il pèle des carottes, coupe des courgettes, hâche du persil ; et tous les soirs, il fait des pâtes à la tomate, des fl eurs farcies et des crèmes glacées. Mais sa spécialité, c'est le poisson ; le vrai, pas celui en petits rectangles. Antonio travaille aussi sur un bateau mais pas sur celui de Tina. Alors forcément ils ne se voient pas souvent. Le soir ils s'écrivent. Une belle histoire d'amour mise en couleurs par Albertine et racontée avec les mots délicats et justes de Sylvie Neeman.

  • Sami rêve d'aventures.  Et quand sa maman l'emmène en voyage, il a zéro peur mais beaucoup de questions !
    Que vont découvrir ensemble Sami et sa maman ?

  • Une jeune femme se retrouve dans un train pour l'Italie. Il se dirige vers le sud, son père est en train d'y mourir. Elle va à son chevet. Elle craint pourtant cette dernière confrontation avec lui, aimerait suspendre le temps, en gagner, pour retarder cette rencontre, qui doit se faire, tout de même. Elle arrivera après l'enterrement.
    L'écriture minutieuse et les réminiscences qui jaillissent sans arrêt, ralentissent le temps. Le charme du café amer, des retards des trains italiens, de l'homme assis en face d'elle dans le wagon restaurant, font de ce texte un texte éminemment romanesque.

  • Un vieux monsieur et une fillette se croisent tous les mercredis, à la librairie.
    Il lit un gros livre, toujours le même, lentement, les yeux mouillés parfois.
    Elle dévore à toute vitesse des bandes dessinées qui la font rire. La fillette s'interroge : qu'y a-t-il donc dans ce livre, pour retenir ainsi le vieux monsieur ?
    Et pourquoi ne l'achète-t-il pas, s'il y tient tant oe

    Une histoire d'amitié par-delà les générations et les pratiques de lecture, sous forme d'un album intimiste qui touchera enfants et adultes au coeur. Le texte sensible et subtil explore pas à pas les liens qui se tissent par la voie (et la voix)
    du livre, éclairés par les peintures magnifiques d'Olivier Tallec. Un hymne sincère
    à la lecture, pour tous les amoureux des livres !

  • C'est l'histoire d'un petit bonhomme bien au chaud dans sa boule à neige. Un jour cependant il la quitte... Confronté à une réalité tout autre, le petit bonhomme ne reconnaît plus rien : l'arbre de la boule de neige est bien différent, le chien aussi, même la neige n'est pas froide comme celle-ci. C'est alors qu'il trouve une maison habitée par des « autres » comme lui. Et il décide d'y rester. Mais parfois il pense que « c'était mieux là-bas ». La plume tout en nuances de Sylvie Neeman et les illustrations en demi-teintes, comme effleurées, d'Ingrid Godon, nous interrogent sur notre rapport à la réalité. N'existe-il qu'une vérité ? Les autres appréhendent-il les choses de la même manière que moi ?Un album entre philosophie et poésie.

empty