Frédéric Marais

  • Pousseur de bois

    Frédéric Marais

    • Hongfei
    • 22 Octobre 2020

    En Inde, un vieil homme offre un trésor à un petit mendiant : quelques pièces de bois. L'enfant est déçu mais lorsque le vieux se met à les pousser et à conter batailles et expéditions, il se rêve en héros d'aventures. Ainsi initié aux échecs, l'enfant se révèle être un prodige. Alors on l'envoie se mesurer aux meilleurs joueurs du monde... Des années plus tard, couvert de gloire, le champion est de retour au pays. Un jour, il s'arrête à son tour devant une petite mendiante...

  • Yasuke

    Frédéric Marais

    Au pied du Kilimandjaro, en Afrique, vit un jeune esclave qui n'a pas de nom.
    Personne ne lui en a jamais donné. S'échappant de son village, il embarque comme marin sur un navire, il traverse les mers jusqu'au Japon, où il accomplira un destin d'exception.
    Frédéric Marais raconte, avec une grande force littéraire et graphique, l'histoire vraie de Yasuke, unique samouraï à la peau noire. Du Kilimandjaro au Mont Fudji, ce jeune africain devint, au 16ème siècle, un héros. Les phrases courtes et rythmées, presque mélodiques, apportent une grande force à ce récit au style simple et dépouillé, à la portée des jeunes lecteurs. Alliant au noir et blanc un bleu turquoise intense et un brun profond, Frédéric Marais nous livre un récit initiatique qui prend sa source dans l'Histoire.

  • Route 66

    Frédéric Marais

    États-Unis, 1848.

    Après deux années de guerre contre le Mexique, les premiers pionniers partent à la conquête du Grand Ouest. C'est sans compter sur l'aridité des terribles déserts et des territoires sauvages jamais explorés... nombre de ces valeureux s'y perdent et y périssent.

    Un jeune lieutenant, passionné par le Moyen-Orient soumet l'idée saugrenue d'utiliser des chameaux pour traverser ces contrées hostiles. Ainsi une poignée de chameliers originaires de l'empire Ottoman sont-ils engagés pour accomplir cette expédition à haut-risque menée par le plus aguerri de tous, Hadji Ali al-Hajaya dit Hi Jolly.

    La stupéfiante histoire de l'homme qui entra dans la légende de la conquête de l'Ouest en traçant la première piste entre le Texas et la Californie.
    />

  • Didgeridoo

    Frédéric Marais

    Au début du monde, il y avait si peu d'espace entre le ciel et la terre que les hommes devaient se tenir à quatre pattes et ramper pour se déplacer. Mais un jour, un garçon trouve un morceau de bois bien droit et solide et décide de l'utiliser pour repousser le ciel de toutes ses forces.
    Le ciel remonte, jusqu'à ce que les arbres aient la place de pousser, les kangourous la place de sauter. Il pousse encore, jusqu'à ce que s'élèvent les montagnes. Dans ce long bâton creux, le garçon sou e puissamment et la musique jaillit... Avec le talent qu'on lui connait, Frédéric Marais se plonge à l'origine du monde et de la musique. S'inspirant de l'art aborigène et réduisant sa palette à un bleu profond et un orange vif, il nous o re un album splendide.

  • Insecte fragile et gracieux, l'éphémère n'existe que pour être mangé. Il n'a même pas de bouche : inutile qu'il se nourrisse, juste le temps de se reproduire et c'est l'heure de mourir.
    Mais l'un d'entre eux, méprisant les prédateurs, aspire à un destin exceptionnel. On suit ce super-héros éphémère qu'on imagine immortel. Las, la fin nous ramène à la dure réalité de tous les êtres vivants. Mais qu'il est bon de savoir qu'on peut avoir une vie riche et bien remplie en oubliant qu'on finira peut-être. sous une bouse de vache. Une chute d'autant plus jubilatoire que graphisme et texte sont très raffinés.
    Avec humour, et comme en passant, cet album aborde les questions existentielles de la mort et du sens de la vie.
    Nous sommes tous des éphémères !

  • Ottoki

    Frédéric Marais

    Au cours de la longue nuit polaire, le chemin d'Ottoki croise celui d'un astronaute, perdu. Après l'avoir sauvé de l'attaque d'un ours blanc, Ottoki lui indique un Inukshuk, géant de pierre protecteur et magnifique. Quelques mois plus tard, l'astronaute foule le sol de la Lune, où, en hommage à Ottoki, il construit un gigantesque Inukshuk. Les Inuits racontent que cet Inukshuk serait visible depuis la Terre... Avec une palette de couleur réduite et le réalisme qu'on lui connaît, Frédéric Marais illustre à merveille la rencontre surprenante et muette de la science et de la tradition, au milieu de l'infini glacé. Il invente une légende à laquelle, enfant comme adulte, on ne demande qu'à croire.

  • Sequoyah

    Frédéric Marais

    Il y a très longtemps, au milieu des montagnes sauvages, vivaient un petit garçon et sa mère. L'enfant, qui boitait, était surnommé Sequoyah par les autres enfants de la tribu, ce qui signifiait « pied de porc » en cherokee. Sequoyah grandit à l'écart des autres, apprenant à lire dans la nature comme dans un livre. Il devint un très grand chasseur respecté des siens. Un jour, un homme blanc vint lui demander de signer un contrat. Sequoyah eut honte de ne pas savoir lire et écrire et décida d'apprendre.

  • Depuis qu'en 1783 un canard, un coq et un mouton furent embarqués dans le premier vol du ballon à air chaud des frères Montgolfier, les animaux sont devenus les vrais héros de la conquête spatiale.

  • Alexandre le Grand, Jules César, Christophe Colomb, Napoléon Bonaparte, Gengis Khan, Guillaume le Conquérant existent aussi chez les animaux. Découvre vingt animaux qui ont marqué l'histoire de leur espèce.

  • Pour déguster à coup sûr un vrai chausson aux pommes, prévoir un seau de goudron frais, une pantoufle et une paire de vers luisants, puis attendre la nuit. La récolte des pommes nécessaire se fera avec une poésie et une inventivité réjouissantes. C'est tout le sel de cette micro-aventure culinaire racontée comme une histoire...

  • Des fientes d'oiseaux dans la peinture, du caca de cachalot dans le parfum, des crottes de poules qui font de l'électricité... D'hier à aujourd'hui, découvre vingt utilisations étonnantes des excréments des animaux à travers le monde.

  • Peaux, poils, cornes, écailles, os, sabots, dents, plumes, boyaux, tendons, les animaux ont tout donné à l'art musical. Ils sont présents dans un très grand nombre d'instruments de musique, ils en sont l'âme.

  • Pour réussir une bonne endive au jambon, il faut : posséder un vélo qui peut aller sur les petits chemins, savoir faire les noeuds coulants, être patient. Tout cela pour capturer un lapin que le lecteur s'attend à voir passer à la casserole. loin de là : la chute de cette micro-aventure réjouissante est tout à fait inattendue !

  • De la soupe de hannetons, de la confiture de libellules de Bali, du pâté de larves de charançon du palmier, de la glace aux vers de farine... Découvre vingt bonnes idées pour composer un menu et faire comme les 2,5 milliards d'êtres humains qui mangent quotidiennement des insectes.

  • En voyant une fourmi naviguer sur une feuille, Bob rêve d'avoir un bateau. À lui les aventures ! Il demande donc à son ami Marley de lui en construire un. Mais avoir un bateau et être capitaine ce sont aussi de grandes responsabilités : cela signifie qu'on n'abandonne jamais ni son navire ni son équipage.
    Ce nouvel album signé Marais et Dedieu est un bon prétexte pour aborder la notion de responsabilité avec les enfants.
    Dans la même série : Le Cadeau, Les Ricochets, La Maison, Le Monstre, Une partie de pêche entre amis, Les Vedettes, La Séparation, La Nuit, Un métier, Le Frontière, L'Hôtel à insectes et Le médicament.

  • Marley, c'est le grand, et Bob le petit. Nos deux ours mal dégrossis sont de retour ! Aujourd'hui, Bob est malade. Marley va-t-il réussir à le guérir ?

    Ce nouvel album signé Marais & Dedieu aidera les enfants à dédramatiser la prise des médicaments.

  • Au cours d'une promenade, Marley pointe du doigt un arbre et explique à son ami qu'il marque une frontière. Mais pourquoi le pays d'en face est-il différent alors qu'il est comme le nôtre ? Et pourquoi ne peut-on pas traverser cette frontière librement ? Un texte court et empreint d'humour, pour poser de grandes questions.

  • Les passagers du métro s'inquiètent...
    Pourquoi cet homme qui vient d'entrer dans le wagon sourit-il ? Une main tire sur le signal d'alarme et l'homme est emprisonné. Mais ce sourire persiste, contamine la prison et se répand dans les rues...
    Partant d'un discours philanthropique sur le quotidien morose des usagers du métro, Frédéric Marais pose les bases d'une réflexion sociologique, voire politique, sur la liberté, le bonheur et la vie en société.
    Émilie Gleason s'empare de ce texte avec l'énergie et la vitalité qu'on lui connaît.
    Le duo créateur pose avec humour la question de la norme et de la morale, offrant une critique acide et réjouissante de la société du paraître. Un album qui donne à sourire (jaune... ou pas !).

  • Marley a construit un hôtel à insectes et Bob le veut pour lui tout seul. Lui aussi veut élever des insectes. Lui aussi veut protéger la vie. Mais saura-t-il comment s'y prendre ? Marley le prévient : gérer un hôtel, c'est compliqué. Il faut accueillir les clients, changer les draps, nettoyer les chambres... Bob va-t-il y arriver ?

    Un texte charmant, pour aborder avec humour les notions d'autonomie et de responsabilité.

  • Découvrez Bob et Marley, deux ours mal dégrossis, têtus, farceurs et attachants, héros d'une série pleine d'humour.

    Bob voit passer des abeilles. Les deux compères les suivent : elles se dirigent toutes vers le sommet d'un sapin. C'est la promesse d'un régal de miel ! Mais au moment où Marley s'apprête à laisser Bob pour grimper tout en haut de l'arbre, celui-ci refuse de laisser partir son ami. Et s'il ne revenait pas ? Pour ne pas laisser Bob, Marley va déployer des trésors d'ingéniosité pour récupérer la ruche.

    Ce titre raconte avec simplicité et humour la crainte de la séparation.

  • Bob et Marley se promènent dans un pré. Bob est songeur :
    Il se demande quel métier choisir quand il sera grand.
    Cheval de course ? Pigeon voyageur ?
    - Dis, Marley, tu as une idée ?
    Marley se gratte la tête .
    - J'aurais plutôt dit ourson.
    - Mais c'est dur, ça ! s'insurge Bob. Comment on fait pour devenir ourson ? Tu crois que je vais y arriver ?
    Un texte simple et beaucoup d'humour, pour poser de grandes questions.

  • Bob ne veut pas dormir. Il a peur de la nuit : et si le soleil ne se levait plus jamais ? Et s'il faisait noir pour toujours ?
    Marley s'efforce de le rassurer : bien sûr que le soleil va revenir demain. Et si Bob veut en être absolument sûr, il n'a qu'à rester éveillé toute la nuit...
    Bob & Marley dédramatisent le coucher avec beaucoup d'humour et de bon sens !

  • Bob est petit, grognon et gaffeur. Marley est grand, calin et farceur. Ces deux ours sont copains comme cochons.
    Un jour de pluie, Bob demande à Marley pourquoi ils n'ont pas de maison.
    Marley est surpris : une maison, pour quoi faire ? Quelle drôle d'idée se vouloir s'enfermer alors qu'on est si bien dehors !
    Bob insiste : il voudrait un lieu douillet, où ils seraient bien protégés. Marley finit par céder et va trouver une idée lumineuse qui mettra d'accord les deux complices.

  • Bob est petit, grognon et gaffeur.
    Marley est grand, calin et farceur.
    Ces deux ours sont copains comme cochons.
    Un beau jour de non-anniversaire, Marley offre à Bob un tabouret moche, en prétextant l'air de rien que c'est « le cadeau rêvé des petits ». Malgré la persévérance de son ami, Bobby boude toute la journée, fâché qu'on lui rappelle sa petite taille. Mais la nuit tombée, il n'arrive pas à dormir tant il a faim et une belle pomme haut perché lui fait du gringue depuis l'arbre. Après tout, avec Marley endormi, Bob ne pourrait-il pas discrètement se servir du tabouret ?

empty