Un Editeur à la Une : La Barque

  • Amulette

    Rakosi Carl

  • Les commencements

    Giuseppe Bonaviri

  • Longjaunes son periple

    Howard Mc Cord

    Howard McCord est né en 1932 à El Paso au Texas. Après avoir servi dans la Marine pendant la guerre de Corée, il est diplômé de l'Université du Texas et de l'Université de l'Utah. Il enseigne dans différentes universités à partir de 1960.
    Lors d'un premier voyage en Inde en 1965, il se lie avec les poètes bengalis de la Hungry generation, initiée par Malay Roy Choudhury. Avec Lawrence Ferlinghetti et Allen Ginsberg, il fait découvrir ces poètes indiens aux lecteurs occidentaux.
    Il a été lauréat de plusieurs bourses qui lui ont permis d'étudier à l'université de Mysore en Inde, de séjourner longuement en Islande et en Laponie qu'il a arpentées à pied, et d'explorer les « routes secondaires » de l'Ouest. Grand voyageur, grimpeur et marcheur accompli, chasseur et collectionneur de roches, Howard McCord est l'auteur de plus d'une cinquantaine d'ouvrages (récits, romans, essais et poèmes), couronnés par de nombreux prix littéraires. Les Complete Poems de ce proche de Gary Snyder, couvrant quarante ans de poésie, ont paru en 2002.
    Longjaunes son périple (1968) se lit comme un chant épiphanique suivant un périple à travers des territoires de différents continents dont le poète a arpenté les inépuisables espaces désolés, des waste lands du Midwest aux contreforts de l'Himalaya ou d'Islande... Howard McCord connaît le caractère habité de ces lieux privilégiés où l'homme peut entrer en résonance avec le cosmos et avec lui-même. Longjaunes son périple peut être rangé parmi Le chant de la piste ouverte d'un Whitman ou bien La Prose du Transsibérien de Blaise Cendrars. Howard McCord dit lui-même qu' « écrire un poème c'est crier, et que crier c'est rêver de quelqu'un qui écoute ».

  • Il pleut sur le déluge

    Tonino Guerra

    On ose à peine présenter Tonino Guerra, poète, avant tout poète, dramaturge, artiste, et bien sûr scénariste de F. Fellini, de M. Antonioni, ainsi que de T. Angelopoulos, de De Sica, de De Santis, des frères Taviani, de F. Rosi, sans oublier d'A. Tarkoski qu'il accueillit en Italie et avec lequel il collabora à son film Nostalghia (1983)...
    Paru en Italie en 1997, alors que Tonino Guerra était âgé de 77 ans, Il pleut sur le déluge se présente comme un Journal tenu à l'écart, en Émile-Romagne, durant les douze mois d'une année. Véritable calendrier de l'âme, ce livre paru en est écrit au fil des sensations cueillies au passage des saisons, empli d'épiphanies et de visions tissées dans les souvenirs. Çà et là, des poèmes en dialecte romagnol surgissent, concentrés d'impressions et d'échos d'une vie paysanne.
    On trouvera en ces pages des portraits d'artistes russes et italiens dessinés avec une grande humanité, des excursions dans de petits villages romagnols... un voyage intérieur merveilleux et touchant, sans réelle frontière entre passé et présent, rêve et réalité.
    Roberto Roversi, poète et critique italien, le qualifie à juste titre de livre de méditations et de chant. «Il appartient à ce genre de livre auxquels - après les avoir lus - on doit dire merci.» Précisons que ce livre comporte des dessins de l'auteur.

  • Après « Neige silencieuse, neige secrète » (1932), La Barque fait paraître ce long poème composé de trois parties, paru en 1963 : « La Chanson du matin de Lord Zéro ». Lord Zéro ? soit l'aventure de Lord et de Zéro, ensemble : « Il est homme en cela qu'il y a conjointement en lui vérité et mensonge, esbroufe et sincérité, quête sincère et goût de la facilité, l'infini et le zéro. De toute évidence il semble bien qu'il faille saisir ce Lord Zéro comme Lord and Zéro. Seigneur Zéro, s'entendant autant comme Seigneur et Zéro. [.] Dans ce poème, Aiken, plus que dans aucun autre, fait ce procès du caractère « magique » d'une poésie au service d'une force quelle qu'elle soit - fabriquant des idoles sociales - tout en se montrant magicien qui n'a souci que de sa liberté et de la nôtre dans cette étude que la vie nous convie à faire d'elle-même. » (extrait de la postface de Philippe Blanchon)

    Ajouter au panier
    En stock
  • Conrad Aiken (1889-1973), avant tout poète, mais aussi romancier... nous livre ici l'une de ses nouvelles les plus bouleversantes.

    Nous pénétrons dans un royaume de neige perçu et éprouvé par le jeune Paul Hasleman, âgé de 12 ans.

    Peu à peu happé par la magie de son monde, Paul éprouve les plus grandes difficultés à répondre aux nécessités du quotidien, aux questions qu'on lui pose à la maison avec ses parents, à l'école avec la maîtresse d'école, puis avec le médecin contre le pouvoir duquel, surtout, il se voudrait ne pas faire figure « d'un cas ».

    Paul cherche à préserver son secret (le secret de la neige), sans blesser, cependant qu'il lui devient aussi de plus en plus difficile de le taire. Dans ce texte inouï, où la folie côtoie le conte, rien n'est enfermé. Merveilleux.

  • Ce livre (livre de poèmess), Vie auprès du courant (Liv ved straumen) est l'ultime ouvrage de Tarjei Vesaas. Il parut à l'automne 1970 aux éditions Gyldendal à Oslo quelques mois après la mort de son auteur (le 15 mars)  ; il en lut les épreuves à l'hôpital. Vesaas y apparaît lui-même, comme dans ses oeuvres romanesques, cependant peut- encore plus « nu », plus solitaire. Un don véritable...

empty